Trois maisons centenaires menacées de démolition

La maison du 63, rue Saint-Gilbert, qui date... (Photo fournie par Gaston Cadrin)

Agrandir

La maison du 63, rue Saint-Gilbert, qui date de 1885, a été bâtie par un artisan qui utilisait le rez-de-chaussée et l'atelier pour son métier.

Photo fournie par Gaston Cadrin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Trois résidences centenaires pourraient passer sous le pic des démolisseurs à Lévis. Il s'agit d'une ancienne villa et de deux maisons ouvrières du secteur Vieux-Lauzon, qui ont vue sur le fleuve.

Le 51, rue Saint-Gilbert, une construction de 1888... (Photo fournie par Gaston Cadrin) - image 1.0

Agrandir

Le 51, rue Saint-Gilbert, une construction de 1888

Photo fournie par Gaston Cadrin

Le 57, rue Saint-Gilbert, construit en 1908, est... (Photo fournie par Gaston Cadrin) - image 1.1

Agrandir

Le 57, rue Saint-Gilbert, construit en 1908, est une ancienne villa.

Photo fournie par Gaston Cadrin

Gaston Cadrin, membre du parti d'opposition Renouveau Lévis, se porte à la défense de ces bâtiments. Dans le document qu'il a transmis au comité de démolition de la Ville de Lévis, il soutient que le 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert, qui datent respectivement de 1888, de 1908 et de 1885, ont encore une grande valeur patrimoniale pour le quartier.

Le 51, rue Saint-Gilbert a manqué d'entretien ces dernières années, mais la maison serait «facilement restaurable», plaide M. Cadrin. Le 57, rue Saint-Gilbert a quant à lui été grandement modernisé ces dernières années. La résidence était autrefois une villa pour gens aisés.

Mais la maison qui a le plus d'intérêt aux yeux de M. Cadrin est le 63, rue Saint-Gilbert, qui aurait été bâtie par un artisan qui utilisait le rez-de-chaussée et l'atelier pour son métier. Cet ensemble patrimonial (maison et atelier) donnerait un cachet assez unique au secteur.

Fonctionnement dépassé

Le comité de démolition de la Ville de Lévis devra se pencher sur le dossier et prendre une décision au cours des prochains mois. M.Cadrin regrette qu'il n'existe encore aucun «filtre» à la Ville de Lévis pour les demandes de démolition de bâtiments patrimoniaux.

«On est encore avec la vieille façon de fonctionner. Il faut qu'un citoyen s'adonne à voir ça et qu'il s'oppose dans les 10 jours, sinon, ça peut aussi bien être accepté. C'est pas normal qu'une ville qui dit protéger le patrimoine fonctionne encore comme ça», soutient M. Cadrin.

La Ville de Lévis a déjà fait un inventaire de 4700 bâtiments patrimoniaux sur son territoire. Ces trois maisons n'en font pas partie, ni aucune autre située sur la rue Saint-Gilbert.

Un Programme particulier d'urbanisme (PPU) pour le secteur Vieux-Lauzon a toutefois été lancé en 2015 et une première séance de consultation des citoyens aura lieu le 7 septembre prochain. M.Cadrin souhaite que la Ville décrète un moratoire concernant toute démolition de bâtiment dans le secteur jusqu'à ce que le PPU soit adopté.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer