Un étudiant en architecture propose un striptease pour le Colisée

Le projet Striptease du Colisée Pepsi de l'étudiant... (Steve Fortier-Evers)

Agrandir

Le projet Striptease du Colisée Pepsi de l'étudiant finissant à la maîtrise en architecture Steve Fortier-Evers a fait réagir sur monlimoilou.com et Facebook.

Steve Fortier-Evers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Voué à la démolition, le Colisée Pepsi accumule la poussière depuis septembre 2015. Pendant ce temps, un finissant à la maîtrise en architecture de l'Université Laval propose de le maintenir en vie sous une forme dénudée : c'est le projet Striptease du Colisée Pepsi.

C'est clair depuis février 2015 : le maire Régis Labeaume souhaite la démolition du célèbre bâtiment construit en 1949. Une triste décision aux yeux d'Erick Rivard, architecte et collaborateur au site Monlimoilou.com, selon qui «des prouesses techniques» ont été réalisées pour construire le Colisée. Dans un article publié sur le média hyperlocal, M. Rivard précise que «sous le revêtement de tôle maladroit de l'agrandissement des années 80, la structure du Colisée d'origine (1949) est encore intacte. Spectaculaire, elle est constituée d'une voûte de béton construite à l'époque par des méthodes révolutionnaires.»

Le projet Striptease est celui de Steve Fortier-Evers, qui souhaiterait recycler sous la thématique des sports nordiques l'espace occupé par le bâtiment. Il propose la «réhabilitation du Colisée de Québec en élément rassembleur d'une ville active», soit en y aménageant une patinoire extérieure et un anneau de glace. L'étudiant propose également une grande place publique qui agirait comme trait d'union entre la patinoire et le futur marché public.

Et la notion de striptease? C'est que le réaménagement permettrait de révéler les impressionnantes arches que contient le Colisée.

Bien qu'il s'agisse d'un projet étudiant, supervisé d'ailleurs par Erick Rivard, qui est également chargé de cours à l'École d'architecture de l'Université Laval, M. Rivard y voit un réel potentiel. Mais avant d'amener l'idée à la Ville de Québec, il souhaitait faire connaître le projet au public. Voilà pourquoi il a demandé la permission à l'étudiant Steve Fortier-Evers de parler de son concept sur Monlimoilou.com.

Pari réussi pour M. Rivard, dont l'article publié mercredi - le premier de deux sur le sujet - avait atteint plus de 20 000 fils Facebook à 20h. «c'est un bon peak!» se félicite M. Rivard.

Qu'une question de temps

L'hôtel de ville n'a pas souhaité commenter mercredi, mais sa décision semble être prise. «On sait ce qu'on veut faire, mais on ne sait juste pas quand», disait en septembre Paul-Christian Nolin, attaché de presse de Régis Labeaume.

Le maire semble en fait moins pressé de procéder à la démolition du bâtiment depuis que des analyses ont montré que seuls 120 000$ par année étaient nécessaires pour laisser le Colisée fermé sans entretien. «On pourrait attendre encore deux ou trois ans», précisait-il en septembre. La Ville a toutefois garanti que le bâtiment ne serait pas démoli avait qu'elle ait pu vendre, recycler ou conserver les objets de valeur contenus à l'intérieur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer