Pont de Québec: Labeaume et Lehouillier «furieux» contre le fédéral

Les deux maires n'ont pas digéré non plus... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les deux maires n'ont pas digéré non plus d'avoir appris plusieurs éléments de l'épineux dossier du Pont de Québec dans les médias ces derniers jours.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Marché de dupe», «bernés», «roulés dans la farine», «bris d'engagement» : les maires de Québec et de Lévis n'ont pas mâché leurs mots pour dire combien ils sont «furieux» contre le gouvernement fédéral et sa proposition de troquer la peinture du pont de Québec contre d'autres projets.

«C'est un marché de dupes. Nous faire croire qu'on va avoir 75 millions$ de plus pour faire des projets à Québec, voyons donc, on n'est pas des enfants d'école! On a quand même du métier. Il ne faut pas nous prendre pour des idiots», a tranché Régis Labeaume en mêlée de presse à peine deux heures après sa rencontre avec le ministre fédéral Jean-Yves Duclos.

«En réalité, on se sent bernés aujourd'hui, dans cette opération-là», a pour sa part commenté le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en entrevue au Soleil mercredi. Il avait rencontré M. Duclos la veille.

Pour M. Lehouillier, proposer d'investir le 75 millions $ mis de côté pour le pont dans d'autres projets d'infrastructures ne tient pas la route. «Il n'y a pas de lien entre la problématique du pont de Québec et nos autres projets. «Est-ce que c'est une façon de dire : "On lance la serviette et on vous lance des prix de consolation"?» a-t-il demandé, estimant qu'un «engagement électoral n'est pas respecté». Régis Labeaume a même dit avoir l'impression que la région s'est fait «rouler dans la farine» par le gouvernement Trudeau dans ce dossier.

Apprendre par les médias

Les deux maires n'ont pas digéré non plus d'avoir appris plusieurs éléments de l'épineux dossier du Pont de Québec dans les médias ces derniers jours. «Le problème, c'est qu'on apprend tout par les journaux. On n'a pas eu une seule rencontre depuis janvier, pour se parler en face», a dit M. Lehouillier.

«On n'est pas habitués de travailler comme ça, mais vraiment pas», a pour sa part déploré M. Labeaume.

Une autre rencontre?

Un point sur lequel les deux maires semblent toutefois avoir des opinions divergentes est celui de la suite des choses. Fini, dit Régis Labeaume alors que son homologue de l'autre rive entend persister.

«Je pensais qu'on allait avoir une autre rencontre, mais elle n'aura pas lieu. On ne va pas plus loin dans les discussions», tranché le maire de Québec. «Et pendant ce temps, le pont va rouiller.»

De son côté, maire de Lévis croit toutefois qu'une réunion s'impose et est toujours disposé à s'asseoir avec le ministre Jean-Yves Duclos. «Je pense que c'est nécessaire d'avoir une rencontre pour faire le point. J'aimerais ça entendre le gouvernement du Québec, tous les intervenants», a conclu M. Lehouillier. «Je peux pas lâcher, il faut rechercher des solutions.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer