Plaidoyer pour la sauvegarde de l'église Saint-Coeur-de-Marie

«Nous allons en Europe visiter des châteaux, fait... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«Nous allons en Europe visiter des châteaux, fait remarquer Tommy Byrne. À Québec, nos églises ce sont nos châteaux. C'est une richesse fantastique.»

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec ne cache pas son inquiétude concernant une hypothétique démolition de l'église Saint-Coeur-de-Marie. Son vice-président, Tommy Byrne, considère que la disparition de l'ancien lieu de culte de la Grande Allée placerait la Ville en porte-à-faux avec sa volonté, souvent affirmée, de briller parmi les villes mondiales qui ont à coeur la préservation de leur passé.

Avouant son désir de «rester positif» et de «dialoguer avec la Ville pour trouver des solutions», M. Byrne considère qu'il est «possible et souhaitable de préserver cette église emblématique», d'autant plus que le patrimoine religieux est «très important d'un point de vue économique pour la région de Québec». Une étude publiée l'an dernier par l'Office du tourisme évaluait ces retombées à plus de 82millions$.

«Aucun touriste ne va venir de New York pour visiter Saint-Coeur-de-Marie, mais [sa présence] va agrémenter son séjour, soutient M. Byrne. «Nos églises sont tellement associées à notre passé religieux. Nous allons en Europe visiter des châteaux. À Québec, nos églises ce sont nos châteaux. C'est une richesse fantastique.»

La semaine dernière, la Ville avait ouvert la porte à la démolition de l'église de style romano-byzantin, fermée au culte en 1997. Le propriétaire de l'édifice, Louis Lessard, envisage la construction d'une tour de condominiums d'une vingtaine d'étages. Selon la Ville, il en coûterait 10 millions $ au bas mot pour la réfection de l'édifice.

Réfléchir autrement

Outre la disparition d'un pan important de l'héritage architectural de la capitale, M. Byrne considère qu'une tour de cette hauteur contribuerait à augmenter les vents dans le secteur, compliquant ainsi la vie des piétons.

«C'est trop facile de dire que ça va coûter 10 millions $ et on rase parce qu'un promoteur n'est pas content, déplore M. Byrne. [...] Je sais qu'on ne peut pas tout sauver, mais il va rester quoi sur Grande Allée, vers le Musée national des beaux-arts, si on démolit tout?»

«Il est temps que la Ville de Québec et les municipalités du Québec commencent à réfléchir autrement par rapport à notre patrimoine religieux», termine-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer