Protection du lac Saint-Charles: Lac-Beauport joint le camp des opposants

La mairesse Louise Brunet (à droite) et les... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La mairesse Louise Brunet (à droite) et les conseillers municipaux ont rencontré les médias mercredi.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Lac-Beauport demande au ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, de rejeter les nouveaux règlements de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) limitant la construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles. À défaut de quoi, elle contestera devant les tribunaux ce qu'elle considère comme un «véhicule inapproprié» pour protéger l'eau potable.

Après consultation de ses avocats, le conseil municipal de Lac-Beauport a conclu que le règlement de contrôle intérimaire, adopté en mars puis assorti d'un sursis de six mois quant à son application, est inopérant car il empiète sur deux règlements provinciaux traitant de la protection et du traitement des eaux.

«Le constat de nos procureurs est clair : ces règlements sont inopérants puisqu'ils viennent désavouer la règlementation provinciale», a exposé la mairesse Louise Brunet en conférence de presse dans les bureaux de la municipalité.

Coiteux interpelé

Les élus demandent donc au ministre Coiteux de rejeter le RCI tel que rédigé. Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) a jusqu'à la mi-mai pour donner son opinion sur le projet. Autrement, il peut entrer en application.

Le lac Saint-Charles... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Le lac Saint-Charles

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

La décision a été prise à l'unanimité à Lac-Beauport, ce qui n'est pas arrivé souvent ces derniers mois. La mairesse Louise Brunet a toujours voté contre le RCI pour représenter son conseil, mais elle a appuyé publiquement l'offensive menée par le maire Régis Labeaume. «La protection de l'eau potable est toujours ma priorité», a-t-elle assuré mercredi. Mais elle parle désormais de «réfléchir à des avenues plus rassembleuses, pas à une seule source d'eau» et d'«éviter de mettre les municipalités de la couronne nord en opposition avec la Ville de Québec».

Recherche de solutions

Mme Brunet n'était pas à l'aise de dire qu'elle était désormais dans le camp des opposants, mais elle a fini par reconnaître que c'était pas mal le cas. Elle a exprimé sa volonté de collaborer avec la CMQ à la recherche de nouvelles solutions - sans avoir de proposition concrète à faire - et souhaité que la bonne entente se maintienne avec le maire de Québec.

Dans ce débat, il a attaqué durement et à répétition le conseiller de Lac-Beauport Marc Bertrand, seul absent mercredi, et le maire de Stoneham, Robert Miller, qui se sont opposé au moratoire sur le développement immobilier dans la couronne nord.

Les élus de Lac-Beauport n'ont pas dit à quel moment ils feraient appel aux tribunaux. Ils espèrent que le gouvernement provincial mettra son holà avant qu'ils n'aient à se rendre là.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer