Église Saint-Coeur-de-Marie: le promoteur veut ériger une tour de condos

Lors du changement de propriétaire, en 2014, la... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Lors du changement de propriétaire, en 2014, la Ville avait insisté pour que l'église Saint-Coeur-de-Marie, de style byzantin, soit conservée et intégrée à tout nouveau projet immobilier.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est une tour de condominiums que le promoteur Louis Lessard veut ériger sur le terrain de l'église Saint-Coeur-de-Marie sur la Grande Allée, et il l'imagine aussi haute que celle en construction dans le quartier Saint-Roch. Un changement de zonage est réclamé.

Louis Lessard est propriétaire de l'église depuis 2014. Il l'a acquise des mains de son ami, le promoteur Sébastien Leboeuf, qui l'avait payée 1,6 million $ en 2011. Ce dernier avait d'abord souhaité raser le bâtiment patrimonial pour faire place à une tour résidentielle de 25 étages, puis il a envisagé de le conserver et de le transformer en hôtel-boutique. 

M. Lessard n'a jamais dévoilé publiquement ses propres plans pour l'ensemble dont la valeur au rôle d'évaluation est de 850 001 $, soit 850 000 $ pour le terrain fort bien situé et 1 $ pour le bâtiment en décrépitude. Toutefois, une inscription récente au registre des lobbyistes permet d'en apprendre un peu sur ses intentions. 

L'entreprise en construction Pomerleau est ainsi chargée d'entreprendre des démarches auprès de la Ville de Québec afin d'obtenir une modification de zonage qui ferait passer à 59 mètres (environ 20 étages) la hauteur permise pour un édifice, au lieu des 26 mètres autorisés actuellement. 

Aussi haute que dans Saint-Roch

Le promoteur souhaite également que le stationnement souterrain requis avec toute nouvelle construction en hauteur puisse s'avancer jusqu'à la limite du lot donnant sur la Grande Allée alors qu'un dégagement de trois mètres est prévu au règlement. «Le tout afin d'obtenir le permis de construction d'une tour à condominiums», peut-on lire. 

Cinquante-neuf mètres, c'est l'équivalent de la tour de logements d'une vingtaine d'étages que la société immobilière Cromwell construite présentement à la place Jacques-Cartier, au coeur de Saint-Roch. C'est toutefois moins que le Concorde, situé dans la même portion de Grande Allée, qui fait 91 mètres et compte 31 étages. 

Le Soleil a tenté d'en savoir plus, notamment si l'église désaffectée serait intégrée à la nouvelle construction et s'il est toujours question d'inclure un hôtel ou encore des commerces au rez-de-chaussée. 

Au bureau de M. Lessard, on nous a fait savoir qu'il se trouvait à l'extérieur du pays. Son fils, qui travaille avec lui, ne nous a pas rappelés. Pomerleau renvoie toutes les questions au propriétaire. 

C'est aussi le réflexe de Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l'aménagement du territoire, qui ne veut pas trop parler des plans en circulation. 

Mardi, elle a confirmé qu'un projet a été déposé à la commission d'urbanisme de la Ville de Québec pour le site de l'église Saint-Coeur-de-Marie. Elle n'a toutefois pas voulu dire si la Ville était ouverte à un changement de zonage ni si l'église serait intégrée au futur bâtiment. Le promoteur «essaie de voir si c'est possible», a indiqué Mme Lemieux. 

Affirmant que «ce n'est pas un dossier simple», la conseillère a déclaré que la Ville doit se «donner des orientations». Si un changement de zonage apparaît justifié, les citoyens seront consultés comme le veut la procédure habituelle. 

Lors du changement de propriétaire, en 2014, la Ville avait insisté pour que l'église patrimoniale, de style byzantin, soit conservée et intégrée à tout nouveau projet immobilier. 

Début avril, la conseillère municipale Anne Guérette s'inquiétait de voir l'ancien lieu de culte «pourrir» sur place et devenir dangereux. Elle suggérait à l'administration Labeaume de se prévaloir de l'article 227 de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme pour forcer le propriétaire à l'entretenir. Julie Lemieux avait répondu que cette possibilité, déjà utilisée par la Ville, «ne règle malheureusement pas tous les problèmes».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer