Labeaume veut chauffer aux granules de bois québécois

Les immenses silos construits au Port de Québec... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les immenses silos construits au Port de Québec servent à l'entreposage de granules produits en Ontario et destinés à l'exportation.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour stimuler la production de granules de bois québécois, Régis Labeaume propose d'utiliser cette biomasse pour chauffer un édifice municipal.

Le maire de Québec en a fait l'annonce, jeudi, lors du Forum agricole et agroalimentaire de la région de la Capitale-Nationale. Son but est d'aider au démarrage d'une filière que les producteurs forestiers de Portneuf et de Charlevoix reluquent depuis longtemps. 

«À la Ville de Québec, on va se trouver un édifice assez gros, on va faire la transformation qu'il faut et on va commencer à le chauffer à la biomasse. On va signer un contrat de plusieurs années. Ça veut dire qu'on aura déjà une première production qui sera utilisée. C'est comme ça qu'on démarre une entreprise, une industrie», a-t-il expliqué. 

Selon M. Labeaume, la signature d'un contrat d'approvisionnement stable, «ça fait toute la différence du monde» pour un entrepreneur. «Ça veut dire qu'il peut aller à la banque, il peut emprunter, il peut produire. Il sait qu'il a un client pendant 20 ans. Un client comme la Ville de Québec, le banquier va signer les yeux fermés.»

Comme administration, il y a aussi des avantages, d'après les calculs du maire. «Tu es capable de payer les transformations avec les économies. Quand tu as un contrat de 20 ans pour des granules ou de la biomasse, tu connais ton coût inflationné pendant 20 ans», a-t-il fait valoir. «Ça nous éviterait des fluctuations et en même temps, on partirait une industrie régionale.»

M. Labeaume avait identifié le futur marché public d'ExpoCité comme premier édifice à chauffer aux granules de bois, mais il craint que ça ne retarde la construction. «On va regarder un édifice où il y a des humains qui travaillent à la journée longue», précise-t-il, sans donner d'adresse exacte. Au besoin, deux ou trois immeubles pourraient être désignés. 

Aucun échéancier ou budget n'est encore fixé pour ce projet. 

Pour le moment, l'industrie forestière québécoise écoule sa production de granules sur le marché domestique. Les immenses silos construits au Port de Québec servent à l'entreposage de granules produits en Ontario et destinés à l'exportation.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer