Cooke-Sasseville va réaliser l'oeuvre d'art public de l'amphithéâtre

Le duo Cooke-Sasseville devant son oeuvre créée pour... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le duo Cooke-Sasseville devant son oeuvre créée pour Les passages insolites. Ils recevront un budget de plus d'un million de dollars pour réaliser une oeuvre d'art public à installer devant l'amphithéâtre de Québec.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le duo d'artistes de Québec Cooke-Sasseville a remporté le concours pour réaliser l'oeuvre d'art «monumentale» qui sera installée sur la place Jean-Béliveau devant le Centre Vidéotron à l'été 2017. Mais on devra attendre au 26 mai pour voir ce qu'ont concocté Jean-François Cooke et Pierre Sasseville pour leur oeuvre intitulée La rencontre.

Les images de l'oeuvre d'art pour laquelle le comité exécutif de la Ville de Québec a voté mercredi un contrat de 978 474 $ seront plutôt dévoilées lors du Colloque sur l'innovation dans un mois, en même temps que le concept de la place publique.

En incluant les taxes, ce projet d'intégration des arts à l'architecture du gouvernement du Québec est le plus gros budget de l'histoire avec 1,12 million $.

Joint par Le Soleil jeudi, l'artiste Pierre Sasseville est resté très prudent, se contentant de partager son bonheur de voir son projet sélectionné par le jury. Cette oeuvre sera le 20e projet en art public pour Cooke-Sasseville. 

«On a une entente de ne pas dévoiler le visuel, a dit Pierre Sasseville. D'ici là, on ne peut qu'exprimer notre joie. C'est une belle pièce. On est heureux.»

Oeuvre «audacieuse»

Motus et bouche cousue sur le concept, le thème et le format de l'oeuvre, donc. Mais l'artiste l'a qualifiée «d'audacieuse» et en phase avec les demandes contenues dans l'appel de candidature.

La Ville de Québec et le ministère de la Culture souhaitaient une sculpture ou installation de très grand format qui deviendra «emblématique» et liée à la vocation du site d'ExpoCité. «On respecte le mandat qui avait été établi dans le programme», a dit Pierre Sasseville.

Les autres finalistes pour ce concours national d'art public étaient Doyon-Rivest, Jacek Jarnuszkiewicz et Yannick Pouliot.  Le sculpteur Pierre Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli avait quitté la course. Il avait été remplacé par Hélène Rochette.

On doit notamment à Cooke-Sasseville les grands pigeons aux boîtes de soupe Campbell's dans le parcours d'art public Les passages insolites. Le duo est aussi derrière l'oeuvre De l'eau sur le feu où sont revisités en couleurs vives les classiques Penseur de Rodin et Le discobole de Myron devant le complexe résidentiel pour personnes âgées Villa Beauséjour sur l'avenue Royale, dans Beauport.

La rencontre de Cooke-Sasseville sera la deuxième oeuvre d'art public pour le Centre Vidéotron. La première, Le grand bleu du Nord de Jonathan Villeneuve, un grand mur lumineux dans le hall de l'amphithéâtre, était dotée d'un budget de 398 500 $.

Depuis 1961, tous les bâtiments érigés avec une subvention du gouvernement du Québec doivent inclure une oeuvre d'art public dont la valeur est de 1 % de la part de la subvention provinciale consacrée à la construction.

Jeudi, ni le maire Régis Labeaume ni la conseillère responsable de la culture Julie Lemieux n'ont commenté le résultat du concours d'oeuvres d'art, préférant ne rien ébruiter avant le 26 mai. Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer