Nouvelle charge dans Saint-Jean-Baptiste contre les hôtels illégaux

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a posé près de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a posé près de 3000 affiches contre la prolifération des hôtels illégaux.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste reprend sa bataille contre la prolifération des hôtels illégaux dans son quartier et demande que la Ville de Québec fasse respecter ses règlements de zonage, présentement contournés par quelques dizaines d'usagers d'Airbnb.

«On a posé environ 3000 affiches dans le quartier au cours des derniers jours et on invite la population à venir demain [mardi] au conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste, qui a son assemblée générale. [...] Au Comité populaire [CPSJB], on va demander que le conseil de quartier prenne position formellement sur la question et que la Ville se donne les moyens de faire respecter son zonage. C'est résidentiel dans Saint-Jean-Baptiste, alors techniquement, il n'est pas supposé y avoir d'Airbnb», a indiqué lundi le coordonnateur du CPSJB, Nicolas Lefebvre-Legault, lors d'un point de presse.

Le service Airbnb, qui permet à des particuliers d'annoncer leurs logements sur le site de l'entreprise et de les louer à la journée, comme un hôtel, n'est pas mauvais en soi, dit M. Lefebvre-Legault. Mais l'ennui est que certains propriétaires ne font maintenant plus que ça : louer à des touristes. Environ 80 logements du quartier Saint-Jean-Baptiste auraient ainsi été retirés du marché locatif pour être consacrés à l'hôtellerie (illégale) de manière permanente, d'après un décompte du CPSJB.

Sur les 4000 habitations que compte le quartier, cela peut sembler peu, mais si l'on tient compte du fait qu'une faible partie des logements redevient disponible chaque année, ces 80 Airbnb prennent plus de poids, argue M. Lefebvre-Legault.

«Le principal problème qu'on a avec ça, c'est la transformation d'appartements en chambres d'hôtel, dit-il. C'est une perte de logement locatif, et il y a tout un ensemble d'impacts sur le tissu social et communautaire du quartier.»

«Il y en a dans ma rue qui roulent de façon journalière, les occupants changent à chaque jour, a témoigné un résident du quartier, René Généreux, lors du même point de presse. Ce n'est plus des voisins que j'ai, c'est des touristes. [...] Ils ne logent pas chez l'habitant, ils prennent la place de l'habitant.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer