Gestion de l'amphithéâtre: plus de transparence, exige l'opposition

Comment garantir aux citoyens, qui sont aussi les... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Comment garantir aux citoyens, qui sont aussi les bailleurs de fonds de l'amphithéâtre, une gestion saine et transparente de leur équipement public qui a demandé des investissements de 400 millions $ en fonds publics?» a demandé le chef de l'opposition, Paul Shoiry, par voie de communiqué de presse.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le cabinet de l'opposition à la Ville de Québec a vivement réagi, vendredi, au rejet de sa proposition par le comité exécutif. Il demandait à l'administration Labeaume de revenir aux modalités de départ des ententes de 2011 entre la Ville et Québecor concernant l'amphithéâtre.

«Maintenant, comment garantir aux citoyens, qui sont aussi les bailleurs de fonds de l'amphithéâtre, une gestion saine et transparente de leur équipement public qui a demandé des investissements de 400 millions $ en fonds publics?» a demandé le chef de l'opposition, Paul Shoiry, par voie de communiqué.

M. Shoiry estime qu'un contrat d'une telle importance ne devrait pas pouvoir être modifié selon le bon vouloir d'une entreprise privée guidée par des impératifs commerciaux alors que l'équipement appartient aux citoyens de Québec.

Québecor, pas un simple locataire

«Québecor n'est pas un simple locataire. Québecor est le gestionnaire de l'amphithéâtre! Ses chiffres ont un impact majeur sur les revenus et les dépenses de la Ville. Le partage des coûts et des bénéfices est établi en fonction de ceux-ci. Québecor devait les remettre à la Ville en vertu des ententes initiales», a pour sa part signalé la conseillère municipale Anne Guérette.

«Qu'est-ce qui permet à la Ville d'accepter de changer les règles du jeu et de donner un chèque en blanc à Québecor? Qu'est-ce qui a changé depuis 2011? Pourquoi le maire veut-il cacher les chiffres?», s'est-elle interrogée.

De son côté, le conseiller municipal Yvon Bussières a invoqué le manque de transparence des modifications à l'entente.

«Les élus et la population devront uniquement se fier aux fonctionnaires de la Ville qui pourront consulter ces documents dans les bureaux de Québecor et qui seront liés par les ententes de non-divulgation. C'est un non-sens! Nous devons pouvoir avoir accès à ces documents par souci de transparence, de reddition de comptes et de suivi financier», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer