Couillard appuie l'idée d'un tunnel Québec-Lévis

Les ponts de Québec et Pierre-Laporte... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les ponts de Québec et Pierre-Laporte

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard a comblé le maire Gilles Lehouillier, vendredi, avec un appui à l'idée d'un tunnel entre Québec et Lévis ainsi qu'au projet de complexe aquatique de 28 millions $.

Invité à s'exprimer devant la Chambre de commerce de Lévis vendredi, le premier ministre du Québec a parlé du dossier d'un troisième lien entre les rives nord et sud comme d'une «excellente initiative».

Le ministère des Transports étudie présentement un rapport préliminaire sur la faisabilité technique d'un tunnel sous le fleuve. L'étude, qui a coûté 105000 $, évalue aussi les conditions géomorphologiques à la pointe de l'île d'Orléans et les coûts reliés à un tel ouvrage.

«Il y a des caractéristiques géologiques (faille de Logan) ici qui doivent nous amener à beaucoup de prudence dans la planification ou certaines directions particulières, a affirmé le premier ministre. Quand on aura ce rapport et qu'on aura fait l'analyse, on pourra aller vers les études subséquentes.»

Il est clair que, dans le meilleur des cas, il s'agit d'un projet à long terme. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, parle lui-même d'un horizon de 10 à 15 ans «minimalement». N'empêche, pour lui, «le premier ministre a indiqué l'intention ferme du gouvernement de poursuivre les études» si le premier rapport est concluant. «Je suis content d'avoir entendu M. Couillard beaucoup plus affirmatif que ce qu'on a entendu jusqu'à maintenant», a déclaré M. Lehouillier.

Les partisans d'un troisième lien l'associent en général à la construction nécessaire d'un nouveau pont à l'île d'Orléans. Pour le maire Lehouillier, un lien bâti à l'est offre des possibilités de développement intéressantes pour sa ville. «Ça a l'air simple comme ça de faire un lien sous-fluvial, mais il faut savoir comment ça atterrit de l'autre bord, dit M. Lehouillier. À Lévis, c'est moins problématique, les terrains sont vacants. Mais, à Québec, le territoire est plus occupé. Alors comment ça va atterrir tout ça, les bretelles, les expropriations, etc.»

En attendant, il faudra s'attaquer aux problèmes de congestion autour des ponts avec des travaux sur l'échangeur Kennedy et surtout la mise sur pied du service rapide par bus (SRB). Le troisième lien et le SRB «sont complémentaires», martèle M. Lehouillier.

Le premier ministre ne s'est pas arrêté là. Il a dit vouloir «développer» le projet de complexe aquatique pour desservir les citoyens de l'ouest de la ville, dans le secteur Saint-Nicolas. «On est en conversation avec le gouvernement fédéral sur certaines sommes [du programme] Chantiers Canada qui sont disponibles, a déclaré M. Couillard. On considère que c'est un projet très important pour les familles.»

Si le premier ministre a refusé de s'avancer sur un échéancier, le maire Lehouillier serait prêt à lancer les travaux de ce «projet signature» dès cet automne. Il ne reste qu'un bâtiment à démolir pour libérer le site. M. Lehouillier évalue à deux ans la période de construction.

«Si le premier ministre va aussi loin aujourd'hui avec le complexe aquatique, ça doit être parce que quelque part, [le projet] est attaché», a dit le maire Lehouillier. Il est question de construire un bassin semi-olympique et un bassin familial similaire à celui du PEPS.

«Manque de sérieux»

Vendredi, le premier ministre Couillard a indiqué qu'à sa connaissance, la première étude commandée sur le troisième lien n'avait pas été reçue par son gouvernement. Or le ministère des Transports confirme l'avoir en sa possession. Pour le caquiste Éric Caire, il s'agit d'une démonstration que le gouvernement «n'est pas sérieux» dans le dossier. Un simple coup de fil aux Transports aurait permis d'en savoir plus sur l'étude, fait-il valoir.

«On fait semblant de s'intéresser à ce dossier-là pour calmer le jeu, pour qu'on regarde ailleurs», affirme M. Caire.

À la défense de Charest

Philippe Couillard a pris la défense de Jean Charest vendredi : il a affirmé n'avoir «jamais rien vu d'autre» qu'un gouvernement honnête et intègre quand il a servi sous son ancien chef. Il réagissait ainsi aux déclarations de l'ancien premier ministre libéral, qui avait affirmé lundi qu'il avait dirigé un gouvernement «honnête et intègre», malgré les soupçons, les allégations et les accusations qui entachent certains anciens membres de son cabinet. Dans un point de presse après son discours à Lévis, M. Couillard a soutenu qu'il n'a été témoin que de pratiques exemplaires dans l'exercice de ses fonctions de ministre du cabinet Charest.

Il a confirmé que le gouvernement libéral de l'époque était honnête et intègre. «Pendant les années où j'étais dans ce gouvernement, je n'ai jamais rien vu d'autre que ça. Il n'y a jamais personne qui est venu me voir pour me parler de projets en échange de contributions financières, de tout ce qu'on lit parfois dans les journaux. C'est jamais arrivé», a-t-il dit. La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer