Labeaume travaille à attirer le Congrès des villes olympiques en 2017

Régis Labeaume a déjeuné mardi avec le syndic... (Collaboration spéciale Valérie Gaudreau)

Agrandir

Régis Labeaume a déjeuné mardi avec le syndic (maire) de Lausanne, Daniel Brélaz, et Grégoire Junod, syndic-élu qui succédera bientôt à M. Brélaz.

Collaboration spéciale Valérie Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Des JO à Québec ?

Sports

Des JO à Québec ?

Le maire de Québec jure qu'il n'est pas en mode olympique. N'empêche, il a visité le Comité international olympique... Alors, il y aura des JO à Québec ? »

(Lausanne, Suisse) La ville de Québec pourrait accueillir le Congrès de l'Union mondiale des villes olympiques en 2017. La délégation de Québec a déjeuné avec le maire de Lausanne et des représentants de cette organisation qui regroupe environ 250 participants d'une soixantaine de villes.

Ce petit déjeuner dans un hôtel face au lac Léman avait comme objectif une grande séduction, a admis sans détour le maire Labeaume qui souhaite attirer ce congrès à Québec. «Je suis en train de leur vanter l'été des Indiens», a-t-il lancé en allusion au fait que cette rencontre, le Smart Cities & Sport Summit, se déroule en octobre.

Rien n'est encore décidé, mais la capitale semble avoir de bonnes chances pour recevoir ce congrès qui se tient une année sur deux à Lausanne, véritable Mecque de l'olympisme.

Le Sommet vise à permettre aux villes qui ont accueilli les Olympiques dans le passé de partager leur expérience. «L'association des villes qui ont eu les Olympiques ont une partie du Sommet bien à eux», a expliqué Mélanie Duparc, secrétaire générale de l'Union mondiale des villes olympiques. 

Mais la rencontre annuelle compte aussi un autre volet. «Il y a une partie du sommet ouverte où on invite toutes les villes. Les villes candidates, celles qui sont intéressées ou qui utilisent le sport comme politique publique», a dit Mme Duparc. Québec est membre de l'Union en raison de l'organisation au Québec des Jeux de Montréal en 1976.

Autour de la table pour ce déjeuner de mardi se trouvaient aussi le syndic (maire) de Lausanne, Daniel Brélaz, et Grégoire Junod, syndic-élu qui succédera bientôt à M. Brélaz.

LU VU ENTENDU

LU

Des annonces dans la fenêtre d'une firme de courtiers immobiliers voisine de notre hôtel. Envie d'un petit 3 et demi à Lausanne? En voilà un à 950 000 francs suisses, soit 1,3 million $CAN pour 73 m2 (780 pi2). Notons toutefois qu'un espace de garage est inclus. Une aubaine, quoi! Comme partout en Suisse, le coût de la vie est très cher à Lausanne. Et si les petits condos coûtent 1,3 million $, dites-vous que les prix élevés et la faiblesse du dollar canadien se manifestent aussi sur les cafés au lait à 7 $ et les sandwichs à 16 $.

VU

La médaille d'or que l'actuel président du CIO,... (Collaboration spéciale Valérie Gaudreau) - image 4.0

Agrandir

La médaille d'or que l'actuel président du CIO, Thomas Bach, a remportée aux JO de Montréal en 1976, est exposée au Musée olympique de Lausanne.

Collaboration spéciale Valérie Gaudreau

La médaille d'or que l'actuel président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a remportée aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. L'ex-athlète allemand, aussi avocat, était un champion d'escrime, précisément du fleuret. On peut d'ailleurs voir son «outil de travail» à côté de sa médaille dans une boîte de verre au Musée olympique de Lausanne que la délégation de Québec a visité mardi. Le maire Régis Labeaume a rencontré lundi M. Bach, à la tête du CIO depuis septembre 2013 et artisan de la réforme qui donne envie à Québec d'envisager de nouveau une candidature aux Jeux d'hiver.

ENTENDU

Régis Labeaume dire au guide du Musée olympique, le sympathique Rolf Gygax, combien des Québec «ont fumé» pour payer le stade de Montréal. «On vient de finir de le payer. On a fumé pour payer ça», a lancé le maire. Avant de préciser à notre guide que le gouvernement du Québec avait instauré une taxe spéciale sur le tabac pour financer le stade, principale infrastructure héritée des Jeux d'été de 1976. L'oeuvre souvent mal-aimée de l'architecte français Roger Taillibert a finalement été payée en 2006.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer