L'ex-député Jonathan Tremblay brigue la mairie de Beaupré

L'ex-député néo-démocrate Jonathan Tremblay se lance dans la... (Tirée de Facebook)

Agrandir

L'ex-député néo-démocrate Jonathan Tremblay se lance dans la course à la mairie de Beaupré.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) L'ex-député néo-démocrate de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, Jonathan Tremblay, a décidé de se lancer dans la course à la mairie de Beaupré après avoir échoué à se faire élire comme conseiller municipal en décembre.

Une élection partielle à la mairie de la ville de 3634 habitants est devenue nécessaire depuis la démission du maire Michel Paré la semaine dernière.

Député de 2011 à 2015, puis battu par la conservatrice Sylvie Boucher en octobre, M. Tremblay ne s'en fait pas trop avec sa première expérience difficile en politique municipale. Avec seulement 61 votes, il avait terminé avant-dernier dans une lutte à sept qui avait débouché sur l'élection de Christian Blouin.

«Je sortais d'une grosse campagne fédérale de 80 jours, alors je n'avais pas vraiment fait campagne lors de l'élection pour le poste de conseiller au siège numéro 2», a-t-il avoué candidement en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

Le candidat de 31 ans, qui était briqueteur-maçon avant d'être élu député, promet cependant de faire campagne à la mairie, un poste qu'il convoitait déjà quand il s'est présenté à la partielle de décembre.

Projets

«J'ai des projets, notamment de faire passer de une à deux par mois le nombre de séances publiques. J'ai aussi l'intention de travailler en équipe non seulement avec les élus de la Ville, mais avec les autres élus de la Côte-de-Beaupré. Il y a eu beaucoup trop de chicanes entre les élus des différentes municipalités ces dernières années», explique-t-il.

M. Tremblay promet aussi d'être un maire à temps plein s'il est élu. «Avant d'être député, je vivais avec des revenus qui variaient entre 30 000 $ et 45 000 $ par année et c'est approximativement la rémunération du maire de Beaupré. Le fait d'avoir un maire à temps plein comporte beaucoup d'avantages pour une municipalité, notamment une plus grande disponibilité et la possibilité de travailler sur plus de dossiers.»

L'ancien député table aussi sur son expérience en politique fédérale, même s'il concède que les enjeux sont bien différents au niveau municipal. «Dans ma circonscription, j'avais 36 municipalités, cinq MRC et une partie de la ville de Québec. J'ai pu voir différentes approches de différents maires; j'ai pu voir ce qui se fait ailleurs», conclut M. Tremblay.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer