JO: le désistement de Toronto change la donne

Avec la tenue des Jeux panaméricains en juillet... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Avec la tenue des Jeux panaméricains en juillet 2015, Toronto s'était bien positionnée pour une éventuelle candidature olympique.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Des JO à Québec ?

Sports

Des JO à Québec ?

Le maire de Québec jure qu'il n'est pas en mode olympique. N'empêche, il a visité le Comité international olympique... Alors, il y aura des JO à Québec ? »

(Québec) Le Comité olympique canadien (COC), pas plus tard qu'en juillet 2015 et alors sous la présidence de Marcel Aubut, se rangeait sans réserve derrière Toronto pour qu'elle soit candidate en vue des Jeux olympiques d'été de 2024. Maintenant que la Ville reine a renoncé, ce parti pris pour les olympiades estivales ne tient plus, assure le COC.

Le COC a lancé en début de semaine un processus de réflexion sur une éventuelle candidature du Canada pour les Jeux olympiques d'hiver de 2026 ou ceux d'été, en 2028. Le coup de sonde, qui ne concerne que les villes de 750000 habitants et plus, y compris Québec, se veut «ouvert et transparent». 

Or Marcel Aubut, quelques mois avant sa démission fracassante du 3 octobre, poussait très fort pour que Toronto, hôtesse des Jeux panaméricains 2015, aille de l'avant pour 2024. 

«Les Panams ont pavé la voie pour une candidature olympique. C'est le momentum dont nous avions besoin, et il faut en parler très sérieusement», avait-il déclaré en conférence de presse à la dernière journée des Jeux panaméricains, le 26 juillet. Deux jours auparavant, un porte-parole du COC affirmait au Toronto Star que le dirigeant «utiliserait toutes ses ressources disponibles» pour appuyer la métropole ontarienne. 

En 2013, Marcel Aubut allait encore plus loin. «Il n'y a aucun doute, aucun doute que ce que le pays a le plus besoin, ce sont des Jeux olympiques d'été», avait-il dit dans une entrevue accordée à Reuters. Les Jeux d'hiver étaient alors au second plan. «Sinon, nous allons examiner à nouveau les Jeux d'hiver et le Québec est une très bonne possibilité, mais le premier objectif est de convaincre les gens d'aller avec Toronto à l'été.» 

Le maire de Toronto, John Tory, a renoncé à une candidature pour 2024, en septembre. Il n'a cependant pas exclu de reconsidérer sa position pour des Olympiques plus lointains. L'intérêt y est toujours, a d'ailleurs confirmé le COC, jeudi. 

Nouvelle gouverne, nouveau processus

Se pourrait-il que l'été ait donc une longueur d'avance? Le Soleil a posé la question au COC, vendredi. «Effectivement, sous la gouverne de Marcel Aubut, il y avait eu discussion semblable. Avec la nouvelle gouverne [celle de Tricia Smith], on est davantage dans un processus ouvert. Il n'y a pas de plan précis», a répondu le porte-parole francophone, Éric Myles. 

Avec l'abandon de Toronto, cette position ne tiendrait plus, a-t-il insisté. «Notre processus en est un vraiment ouvert à la discussion. C'est vrai qu'on pourrait penser ça [que l'été est favorisé]. Mais il ne faut pas oublier que le Canada est aussi bien positionné pour les JO d'hiver», a-t-il dit, faisant référence aux bonnes impressions laissées par les JO de Vancouver en 2010 et ceux de Calgary en 1988. 

Reste que Toronto a construit un village des athlètes pour les Jeux panaméricains et d'autres infrastructures, un atout évident pour une potentielle candidature. Rio de Janeiro, qui accueillera les Olympiques cet été, avait été l'hôte des Panaméricains en 2007. 

Outre Marcel Aubut qui n'est plus à la présidence, très peu de changements ont été réalisés dans la gouvernance du COC. La Session, composée en grande partie de représentants de 52 fédérations sportives et des membres du conseil d'administration du COC, montre un visage similaire. Tricia Smith, avant de prendre le relais à la présidence, était vice-présidente depuis 2009.

Partager

À lire aussi

  • Arrêtons Régis Labeaume!

    Carrefour

    Arrêtons Régis Labeaume!

    Dans un passé récent, Montréal a été obnubilée par la mégalomanie du maire Drapeau. Aujourd'hui, c'est le maire Labeaume qui souffre du même mal:... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer