Bâtiment des Sentiers du Moulin: Labeaume prédit des solutions

L'actuel bâtiment d'accueil des Sentiers du moulin doit... (Le Soleil, Frédéric Matte)

Agrandir

L'actuel bâtiment d'accueil des Sentiers du moulin doit être démoli pour faire place à une infrastructure plus moderne.

Le Soleil, Frédéric Matte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Foi de Régis Labeaume, les résidents de Lac-Beauport n'ont pas à craindre pour la construction du bâtiment des Sentiers du Moulin. «On va trouver des solutions», a dit le maire de Québec à propos de cet immeuble prévu dans une zone qui contrevient au récent règlement sur la protection des sources d'eau potable dans la couronne nord.

Mais M. Labeaume, aussi président de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), demande aussi aux conseillers municipaux de Lac-Beauport de «collaborer».

«Je pense qu'on va être capable de s'organiser. On va trouver des solutions. Ça m'inquiète pas ben, ben», a indiqué M. Labeaume en mêlée de presse mardi.

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi un investissement de 1,4 million $ pour absorber la moitié des coûts de reconstruction d'un bâtiment de services sur le chemin du Moulin.

Le hic, c'est que l'infrastructure contrevient au nouveau règlement de contrôle intérimaire. Adopté par la CMQ le 15 mars, il interdit la construction dans les pentes de 15 % et plus et oblige un raccordement aux réseaux d'égouts et d'aqueduc. Ce règlement est présentement analysé par le ministère des Affaires municipales.

Attaque aux conseillers récalcitrants

Régis Labeaume a aussi profité des questions sur le bâtiment pour lancer quelques nouvelles flèches aux conseillers de Lac-Beauport qui s'opposent au règlement de contrôle. Le maire a accusé ces quatre élus, majoritaires au conseil et opposés à la mairesse Louise Brunet, qui est pour sa part favorable aux nouvelles mesures freinant la construction.

«On a compris qu'ils ont voté un budget de 150 000 $ pour faire faire d'autres études scientifiques et pour payer des frais légaux», a dit M. Labeaume. «Des études scientifiques, on en a ça d'épais. Ils dépensent de l'argent pour rien. Et légalement, ils ne peuvent rien faire.»

Le maire de Québec a accusé, comme il l'a souvent fait ces dernières semaines, ces conseillers d'être «en campagne électorale» en prévision du scrutin de 2017. «On a l'impression qu'ils prennent 150 000 $ pour commencer leur campagne électorale aux frais des citoyens», a-t-il lancé, en disant qu'un contexte électoral «enlève beaucoup de jugement à un individu». «On a déjà vu ça», a laissé tomber M. Labeaume, lui-même politicien. «Mais pas nous autres, évidemment. On parle seulement des autres!» a-t-il immédiatement ajouté dans un éclat de rire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer