Château-Richer forcée de réintégrer son ancien dg

François Renaud a travaillé pour la municipalité de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

François Renaud a travaillé pour la municipalité de Château-Richer pendant plus de 18 ans.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La Municipalité de Château-Richer devra réintégrer son ancien directeur général, François Renaud, congédié en février 2014 après plus de 18 années passées en poste. La Commission des relations du travail a rendu une décision en ce sens mercredi.

Le maire Frédéric Dancause a appris en après-midi que son ancien employé avait remporté son combat devant les tribunaux. «Je viens juste d'avoir l'information. Mon avocat m'a contacté et m'a transféré le jugement en après-midi», a-t-il brièvement déclaré au Soleil

«J'attendrai demain [jeudi] avant de livrer ma réaction, car je viens tout juste de commencer à prendre connaissance du document», a-t-il poursuivi, ajoutant que la Municipalité n'avait pas décidé si elle demanderait une révision, si elle appliquerait le jugement ou si elle tenterait plutôt de s'entendre avec son ancien cadre.

M. Renaud, que Le Soleil n'a pas réussi à joindre mercredi soir, avait déclaré après son congédiement que les relations avaient toujours été bonnes entre lui et l'ex-maire Jean-Guy Cloutier et que les problèmes avaient débuté après l'arrivée en poste de M. Dancause, en 2005.

L'ex-dg estimait n'avoir rien à se reprocher, arguant que les situations qu'on lui reprochait étaient justifiables, et avait déclaré qu'un conflit de personnalités l'opposait au maire.

M. Dancause n'avait pour sa part pas accusé son ex-directeur général de malversation ou d'irrégularité, mais avait plutôt déclaré que son dg n'avait pas la capacité de mener à bien les dossiers de la Municipalité. 

«Ça revient depuis 2011. On avait pris conscience de la situation. On a engagé une firme spécialisée en ressources humaines pour l'aider. On voulait le former, l'encadrer, le développer. Là, on est rendu en 2014 et ça n'a pas changé. On a fait preuve de beaucoup de patience», avait alors affirmé le maire au Soleil, soulignant que la décision avait été réfléchie et adoptée de façon unanime par tous les conseillers. 

À la suite de la question d'un citoyen durant l'assemblée du conseil, le maire avait toutefois refusé que chaque conseiller, tout membre de son équipe Vision Château-Richer, donne son opinion sur le congédiement.

Des précédents

L'été dernier, la Commission des relations du travail avait statué sur le cas de deux ex-cadres de la municipalité voisine de Sainte-Brigitte-de-Laval, eux aussi congédiés en février 2014. 

La commissaire Myriam Bédard avait alors ordonné la réintégration de l'ex-directeur général Gaétan Bussières et de l'ex-directeur des services juridiques Sylvain Déry. La Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval s'était ensuite entendue avec ses deux anciens employés pour leur verser une compensation afin de mettre fin à leur lien d'emploi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer