Les conseillers de Saint-Augustin veulent hausser leur rémunération de 12,25%

Les conseillers Louis Potvin, France Hamel et Guy... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les conseillers Louis Potvin, France Hamel et Guy Marcotte

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Estimant être sous-payés comparativement à leurs homologues de municipalités semblables, les conseillers municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures souhaitent augmenter de 12,25 % leur rémunération totale, la faisant passer de 24 228 $ à 27 195 $ par année.

Les conseillers ont déposé un avis de motion en ce sens lundi soir après avoir présenté à la presse les détails de leur projet en après-midi. Le règlement devrait ensuite être adopté à la séance régulière du mois d'avril et les conseillers toucheraient de façon rétroactive leur nouvelle rémunération à partir du 1er janvier 2016.

Les citoyens qui assistaient à la séance régulière du conseil n'ont majoritairement pas été convaincus par les arguments de la conseillère France Hamel, qui a longuement expliqué le raisonnement derrière la proposition. Plusieurs ont chahuté bruyamment les conseillers en plus de les prendre à partie lors de la période de questions.

Le maire Sylvain Juneau a lui aussi été critique envers les conseillers. «Cette hausse de rémunération qu'ils se votent ce soir, ça leur appartient. Mais étant donné la façon dont la Ville a été gérée, c'est indécent», a-t-il commenté.

Les conseillers ont aussi indiqué qu'ils n'avaient pas l'intention de rembourser les 167 000 $ qui leur auraient été versés en trop selon le maire Juneau. «En 2006, les conseillers ont volontairement renoncé à un fonds de pension. L'économie générée par cette décision totalise une somme de 228 000 $. Ce montant dépasse de loin celui de 167 000 $ que le maire a avancé comme étant versé en trop pour les comités», a justifié France Hamel.

Sous-payés

Comparant leur rémunération à celle d'autres municipalités de la rive nord du fleuve Saint-Laurent, ils estiment être nettement sous la moyenne de 1,33 $ par habitant, soit 1,27 $ par habitant. «Finalement, nous ne sommes pas trop payés, nous sommes sous-payés!» a poursuivi Mme Hamel.  

En comparant avec L'Ancienne-Lorette, une municipalité qui compte moins d'habitants, les conseillers ont aussi remarqué qu'ils gagnaient 2966 $ de moins que leurs homologues en plus de ne bénéficier ni d'un fonds de pension ni d'une allocation de départ.

Les conseillers estiment ainsi ne pas avoir à rougir de leur proposition d'augmenter leurs salaires même si leur Ville traîne un déficit de 115 millions $, qu'une vingtaine d'employés municipaux ont été mis à pied et que les contribuables ont vu leur compte de taxes augmenter de 25 % en 2015, puis de 4,9 % cette année.

«Si M. Juneau n'avait pas rouvert ce dossier, jamais nous n'aurions pensé augmenter nos salaires», a déclaré le conseiller Guy Marcotte, rappelant que le gouvernement pouvait forcer une Ville à du rattrapage salarial quand elle ne payait pas suffisamment ses conseillers. «Et non, nous ne faisons pas ça pour punir le maire d'avoir rouvert le dossier», a insisté son collègue Louis Potvin.

Pas au courant

D'autre part, les conseillers ont aussi blâmé l'administration municipale pour l'application du règlement qui les a amenés à être payés 167 000 $ en trop pour des comités auxquels ils ne siégeaient pas. 

«Or, cela nous a été confirmé, le règlement adopté en 2009 est quant à lui conforme à la loi et a été rédigé selon les règles. C'est son application par l'administration de la Ville qui n'a pas été effectuée correctement. Jamais personne ne nous l'a dit. L'administration aurait dû nous en aviser», estime France Hamel.

Conseil sous observation

La séance du conseil de mardi à Saint-Augustin-de-Desmaures était la première à laquelle assistait Réjean Dionne, l'observateur nommé par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) pour tenter de rapprocher le maire Sylvain Juneau et les cinq conseillers municipaux.

Directeur régional pour la Capitale-Nationale au MAMOT, M. Dionne a eu droit à une assemblée plutôt houleuse lors de laquelle le maire et les conseillers ont élevé la voix à quelques reprises. «Je suis un observateur, alors je vais garder mes réflexions pour moi», a-t-il répondu lorsque questionné par Le Soleil sur sa première expérience.

«Mon mandat est d'écouter. Je vais rencontrer tous les conseillers individuellement, à commencer par le maire. Ensuite, j'aurai un rôle de facilitateur, voir s'il y a des pistes d'action à prendre», a-t-il brièvement commenté à propos du rôle qu'il aura à jouer au cours des prochaines semaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer