Des lacunes dans le déneigement, admet Labeaume

Le déneigement des derniers jours dans les rues de Québec a fait l'unanimité :... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le déneigement des derniers jours dans les rues de Québec a fait l'unanimité : tout le monde est insatisfait. Incluant l'opposition et le maire.

Les trottoirs sont glacés, les rues sont encore enneigées, les citoyens multiplient les plaintes et l'opposition de Démocratie Québec a critiqué, lundi, l'enlèvement de la neige cinq jours après la tempête de mercredi dernier. Le maire Régis Labeaume, lui, a admis un «os» dans le fonctionnement. «Il y a quelque chose qui cloche dans le système», a-t-il lancé en point de presse avant la séance du conseil municipal de lundi soir.

D'entrée de jeu, M. Labeaume a refusé de blâmer les individus. «Ce n'est pas la faute des cols bleus, qui font un excellent travail. Ni des sous-traitants», a-t-il assuré.

«Ce n'est pas la faute de quelqu'un en particulier, c'est le système. Il faut regarder le processus», a-t-il dit. «C'est dans la gouvernance de tout ça. Il y a quelque chose qui cloche. On a deux, trois hypothèses, on va travailler là-dessus. Il va falloir trouver la solution.»

La Ville, a-t-il admis, a reçu «plusieurs plaintes». Sans préciser le nombre, M. Labeaume l'a qualifié de «pas normal». «On en a trop à notre goût.»

L'opposition critique

Les critiques sont aussi venues des trois élus de l'opposition en point de presse.

«Ce qu'on constate est que lorsqu'on a un hiver normal, la Ville a de la difficulté à se conformer à la politique de déneigement», a dit le chef de l'opposition, Paul Shoiry. «Et ce qu'on entend à l'interne est qu'on a trop coupé dans les effectifs et dans l'équipement. 

«Nous, on pense que c'est un échec de l'administration Labeaume», a affirmé l'élu de Démocratie Québec.

Faux, a répliqué M. Labeaume. Il a assuré lundi que les tracas hivernaux vécus ces derniers jours n'étaient pas attribuables à des questions budgétaires ni à l'équipement. «Tout était là», a-t-il tranché.

Quant aux délais, la Ville se conforme malgré tout aux critères de la politique de déneigement qui, a dit le maire, prévoit entre «trois et sept jours» pour le nettoyage des rues. «On arrive toujours avec la politique, les délais, ça marche. Mais je trouve qu'on est moins efficaces qu'on l'était avant. C'est tout ça qu'on analyse. Je veux dire aux citoyens de Québec qu'on a vraiment le désir de faire encore mieux.»

M. Labeaume a donné l'exemple de janvier 2014, alors que les côtes du centre-ville étaient devenues impraticables à cause d'un déneigement déficient. La Ville avait alors revu la façon de donner les consignes et modifié les contrats avec les sous-traitants. Le même genre de réflexion sera faite, a dit le maire. «On va faire la même chose pour le déneigement et on va devenir aussi bons, je le promets.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer