Food trucks : l'opposition déplore l'entêtement de Labeaume

Le camion-restaurant Au Pied de Cochon... (Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Marie-Pier Cayer)

Agrandir

Le camion-restaurant Au Pied de Cochon

Photothèque Le Soleil, collaboration spéciale Marie-Pier Cayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Démocratie Québec déplore que le maire de Québec, Régis Labeaume, «s'entête à refuser un projet-pilote sur la cuisine de rue». Les trois élus de l'opposition réitèrent leur demande formulée en juin et rejetée par l'équipe du maire.

«À l'époque, la Ville nous disait qu'une analyse était en cours afin de bien saisir les enjeux avant de mettre sur pied un projet-pilote. Quelles sont les conclusions de cette analyse? » s'est demandé vendredi la conseillère responsable du dossier pour l'opposition, Anne Guérette.

Dans un communiqué publié vendredi matin, Démocratie Québec estime que l'expérience de la métropole devrait déjà donner le signal à la capitale pour aller de l'avant.

«Le succès des dernières années à Montréal a conduit l'administration municipale à implanter la cuisine de rue dans sept arrondissements l'été prochain», a pour sa part relaté le conseiller Paul Shoiry. «Pourtant, même avec cette réussite et malgré l'enthousiasme du milieu, l'administration Labeaume refuse toujours.»

Se basant sur l'Association des restaurateurs du Québec et l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ) selon qui «la cohabitation harmonieuse est possible entre les restaurants traditionnels et les camions alimentaires», le conseiller Yvon Bussières estime que «la cuisine de rue constitue une opportunité entrepreneuriale pour de jeunes restaurateurs, et peut être un outil de développement économique».

«Encadrement adéquat»

Et pas question d'offrir un «bar ouvert» à tout le monde illustre Anne Guérette dans le communiqué.

«Il suffit d'offrir un encadrement adéquat aux entreprises qui souhaitent se lancer dans l'aventure. L'idée n'est pas d'offrir un bar ouvert à tout le monde. C'est tout à fait réaliste d'implanter la cuisine de rue dans le respect et l'écoute», a-t-elle conclu.

Cette sortie de Démocratie Québec arrive au moment où la question des camions-restaurants a été relancée par le copropriétaire de Nourcy, Michel Bellavance, qui, plus tôt cette semaine, s'est indigné publiquement de l'inaction de la Ville de Québec dans ce dossier.

Pas un priorité pour Labeaume

Régis Labeaume a répliqué mercredi en soutenant que la bouffe de rue n'est pas une priorité de son administration ni de la population.

«Y'a pas un citoyen qui m'a demandé d'avoir un food truck», a lancé le maire de Québec mercredi. Ses propos ont été accueillis avec scepticisme, notamment sur les réseaux sociaux et une pétition «Légalisation des food trucks à Québec» a été lancée.

L'administration Labeaume préfère pour l'instant suivre de près l'expérience et promet plus de détails sur le dossier d'ici quelques semaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer