Food trucks: les restaurateurs de rue demandent un projet-pilote

Un camion de cuisine de rue à Los... (Archives La Presse)

Agrandir

Un camion de cuisine de rue à Los Angeles

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On verrait mal l'Association des restaurateurs de rue du Québec (ARRQ) se prononcer contre l'arrivée de camions de bouffe de rue dans la capitale. Mais devant la longue réflexion du maire de Québec et des élus, sa présidente est sans équivoque : «essayez-le».

Gaëlle Cerf représente des dizaines de restaurateurs de rue québécois, mais aucun à Québec, le marché n'y étant pas encore développé. Depuis Montréal, où l'association est la plus active, elle est à la fois amusée et estomaquée par les positions que prend la deuxième plus grosse ville de la province concernant les camions de cuisine de rue, un concept «dans l'air du temps». 

«Ce n'est pas parce que les citoyens ne se bousculent pas devant les portes de la mairie que Québec n'est pas prête pour ça», a décoché Mme Cerf, jeudi, donnant ainsi la réplique à Régis Labeaume, qui affirmait la veille qu'il n'y a «pas un citoyen qui m'a demandé d'avoir un food truck». 

Si elle juge intéressant que des employés de la Ville de Québec aient observé ce qui s'est fait à Montréal dans la dernière année et qu'ils en feront un compte rendu aux élus dans les prochaines semaines, Mme Cerf soutient qu'il n'y a qu'un seul moyen de savoir si la capitale est compatible avec les camions de cuisine de rue. 

«Le minimum à faire, c'est au moins un projet-pilote. Si ça ne marche pas, il [Régis Labeaume] aura eu raison.» Il n'y a selon elle que le public qui peut trancher dans ce dossier. «On a beau faire tous les rapports du monde, en restauration, c'est le public qui décide. Ce sont eux, les clients.»

Mme Cerf est notamment critique sur l'approche choisie par la Ville pour évaluer la pertinence de développer la cuisine de rue. Prétendre que Québec peut se fier aux résultats montréalais est selon elle une solution incomplète. «Il faut adapter la réglementation municipale. Le modèle montréalais est fait pour Montréal, le modèle de Granby est fait pour Granby...», a-t-elle souligné, invitant l'administration municipale à développer et à mettre à l'étude son propre cadre.

Mme Cerf ne comprend pas non plus la volonté du maire de Québec de «donner un répit» à certains propriétaires de restaurants sous prétexte que les camions de rue pourraient représenter une compétition déloyale. 

«Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'un camion de cuisine de rue, c'est un restaurant», a-t-elle tranché. «Les camions sont tenus à la même réglementation au niveau provincial au niveau de toutes les notions de sécurité, hygiène et salubrité. Les propriétaires doivent avoir des cuisines de production, ils paient des taxes», a-t-elle énuméré.

Double discours

Elle dénote à ce sujet un double discours chez Régis Labeaume. D'un côté, il affirme que les restaurateurs doivent s'adapter et se mettre au goût du jour pour survivre, de l'autre il refuse de donner le feu vert à la bouffe de rue au nom de l'équilibre de l'offre. «Ça vient complètement nuire à une industrie» qui selon elle s'est toujours «autorégulée». Si crainte il y a, la présidente de l'ARRQ a voulu les apaiser en rappelant que son association avait travaillé de pair avec l'Association des restaurateurs du Québec pour implanter les camions-restaurants à Montréal. «On a travaillé ensemble dans la délimitation des paramètres d'implantation des emplacements qu'on allait attribuer aux camions pour s'assurer de ne pas nuire à l'industrie.» La même chose pourrait être faite à Québec. 

Joint jeudi soir, l'attaché de presse du maire Labeaume, Paul-Christian Nolin, a refusé de commenter les propos de Mme Cerf. Ce dernier a affirmé que «tout a été dit» cette semaine et «qu'on en saura plus» d'ici quelques semaines après la présentation des observateurs au comité exécutif.

Une pétition a par ailleurs été lancée par des citoyens de Québec, jeudi. Intitulée «Légalisation des food trucks à Québec», l'initiative vise à démontrer à Régis Labeaume l'intérêt populaire pour les camions de cuisine de rue. Elle est hébergée sur Petitions24.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer