Les citoyens de Québec seront consultés davantage

Les consultations menées l'an dernier dans le dossier... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les consultations menées l'an dernier dans le dossier des terres patrimoniales de Sillery ont permis d'apporter 61 modifications au projet.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les citoyens de Québec seront consultés davantage dans les dossiers d'aménagement urbain, promet l'administration Labeaume. Et ça commence avec le schéma d'aménagement et la planification du secteur Belvédère.

En plus de pouvoir répondre à un sondage en ligne, les citoyens auront droit à une audience publique supplémentaire avant la «vraie» consultation publique régie par la loi. 

Et ce, dans la plupart des projets à venir, a annoncé l'élue responsable de l'aménagement du territoire à la Ville de Québec, Julie Lemieux.  

La Ville de Québec, dit-elle, a appris de certains dossiers, notamment le Programme particulier d'urbanisme (PPU) de Saint-Roch où il est question des hauteurs permises, des vocations souhaitées pour les immeubles, de l'accès en transport en commun.

«Certains PPU faits plus rapidement ont moins bien passé», reconnaît-elle. Pour le PPU Saint-Roch, les citoyens ont «un peu été pris de court».

Pour éviter d'autres mouvements de grogne du genre, l'administration Labeaume consultera davantage. 

«On avait des commentaires des citoyens comme de quoi ils n'avaient pas la possibilité de s'exprimer à leur goût dans nos visions en terme d'urbanisme», a poursuivi Julie Lemieux en entrevue au Soleil mardi. La veille, lors du conseil municipal, elle avait exposé les grandes lignes de la nouvelle façon de faire.

Vision 2040

Un exemple de la nouvelle façon de faire est celui du Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Québec. Pour cette «vision» de Québec en 2040, l'administration Labeaume a consigné dans un sondage en ligne sa façon de concevoir Québec dans 25 ans. Quelque 200 personnes ont commenté par Internet le document dans lequel il est question d'environnement, de densification, de transport en commun.

«Des 200 participants, 79 % sont d'accord sur le fond. Mais il y a des choses à améliorer. On fera un bilan», a commenté Julie Lemieux. Les commentaires seront alors intégrés à une nouvelle version du schéma soumise à la population lors d'audiences publiques au printemps. «On va écouter ce que les gens ont à dire», a dit l'élue.

Cette étape servira à bonifier de nouveau le schéma avant un appel de mémoire en prévision de la vraie consultation publique à l'automne. 

Seule cette dernière consultation est obligée par le gouvernement du Québec, précise Julie Lemieux. Les deux autres, le sondage en ligne et la première tournée d'audiences, sont une décision de l'administration Labeaume.

«On n'est pas obligés de faire ça, mais on va aller en audience publique», a-t-elle dit.

Même scénario pour le PPU du secteur Belvédère dont le sondage en ligne a été rempli par «plus d'un millier de personnes».

«On a commencé à compiler tout ça, c'est assez costaud», a dit Mme Lemieux.

Là encore, une version préliminaire du PPU sera présentée en audiences publiques. «Après, on va retourner à la planche à dessin modifier et on va arriver avec une autre version pour les vraies consultations publiques», a-t-elle énuméré.

Il en sera de même pour le PPU Saint-Roch Sud et pour la Vision de la protection et de la mise en valeur de la forêt urbaine. À sa conclusion, le 29 janvier, le sondage sur cette «vision de l'arbre» avait suscité 781 commentaires de 277 participants. «C'est beaucoup, ça marche bien. Les gens répondent énormément. C'est porteur», estime Julie Lemieux selon qui le recours au Web permet à plus de personnes de participer aux consultations. 

Pour tous les projets

Pour l'instant, Julie Lemieux ne s'avance pas à dire que cette version revue et augmentée des consultations citoyennes sera systématiquement appliquée à tout projet d'aménagement. 

Mais l'intention y est. «Il y aura parfois des dossiers moins complexes pour lesquels il ne sera pas nécessaire de retourner deux ou trois fois voir les gens», nuance l'élue.

Et elle rappelle aussi que même en multipliant les consultations, c'est l'administration qui aura le dernier mot. 

«Par contre, après, il faut prendre des décisions. C'est certain que ça ne pourra pas toujours faire l'affaire de tous. Mais je pense que la consultation nous permet d'être branchés sur ce que les gens pensent.»

Les différents modes de consultations

Ces dernières années, la Ville de Québec a élaboré des Programmes particuliers d'urbanisme (PPU) ayant tous fait l'objet d'un mode de consultation différent.

Colline parlementaire (2010)

Forum public et ateliers

Séance d'information 

Rencontre officielle de consultation publique 

34 modifications apportées

Plateau centre de Sainte-Foy (2012)

Présentation publique lors d'un colloque sur l'innovation

Groupe de discussions

Consultation en ligne

Rencontre officielle de consultation publique 

200 modifications apportées

Entrée de ville du quartier Saint-Roch (2012)

Rencontre publique d'information

Rencontre officielle de consultation publique 

35 modifications apportées

Secteur d'Estimauville (2013)

Rencontre publique d'information

Rencontre officielle de consultation publique 

34 modifications apportées

Terres patrimoniales de Sillery (2015)

Trois soirées de consultations dès 2006

Séance d'information 

Demande d'opinion au Conseil de quartier 

Rencontre officielle de consultation publique (deux soirées)

61 modifications apportées

Source: Ville de Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer