Ancien zoo: Hamad ne veut pas «gaspiller» de l'argent dans un petit Disneyland

Le jardin zoologique de Québec a été fermé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le jardin zoologique de Québec a été fermé en 2006.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad, n'a pas l'intention de «gaspiller» des fonds publics dans le dossier des terrains de l'ancien zoo de Québec.

Le président du Conseil du trésor, Sam Hamad... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Sam Hamad

Le Soleil, Yan Doublet

Le Soleil a révélé jeudi que la SÉPAQ s'apprête à refuser le seul dossier sous analyse pour le développement du site du jardin zoologique fermé en 2006. Des doutes ont été soulevés quant à la solidité du montage financier et la faisabilité du projet de parc thématique du promoteur Perry Wong, un courtier immobilier de Québec.

«L'article dans le journal d'aujourd'hui est très clair», a déclaré le ministre Hamad.

Le responsable de la région a ajouté qu'il fallait maintenant continuer à «réfléchir» à la suite des choses. «On a tout fait pour avoir un promoteur qui va permettre de développer le zoo, a affirmé M. Hamad. Si je suis à la place des citoyens, je pense qu'ils seront heureux qu'on ne veuille pas gaspiller leur argent.»

Le ministre-député de Charlesbourg, François Blais, a préféré s'abstenir de commenter.

L'ampleur du projet de parc thématique proposé par M. Wong a soulevé des doutes dans l'esprit de plusieurs dans l'appareil étatique. Selon nos sources, il est question d'un «mini-Disney» construit en plusieurs phases, entièrement financé par le privé, qui propose des manèges, un insectarium, des terrains pour les jeux de rôles et des courses extrêmes (du type Spartan race), un édifice géant en forme de sapin, etc.

Le projet soumis est le seul sous analyse par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) à la suite d'un appel de propositions déposé à l'été 2014.

L'opposition accuse Hamad

Pour les partis d'opposition, la situation actuelle est imputable au ministre Hamad qui n'a pas su, disent-ils, trouver le bon promoteur. «Il ne fait rien Sam Hamad dans la région, a déclaré la péquiste Agnès Maltais. Il est incapable de lever le dossier du zoo. On a nettoyé le dossier lors de notre passage au pouvoir, et là, ça retombe entre ses mains. Qu'est-ce que ça fait? Ça cale. Ça stagne. Comme d'habitude.»

Son de cloche similaire du côté du caquiste Éric Caire, qui ajoute le dossier de l'ancien zoo à «la longue liste des échecs de Sam Hamad». «Ce n'est pas normal qu'un terrain de cet envergure, avec des facilités pour la construction, situé au coeur de la ville, qu'il n'y ait que quelques projets déposés et qu'un seul ait retenu l'attention de la SÉPAQ, a dit M. Caire. Ça veut dire que le ministre a échoué à attirer des investisseurs.»

Le jardin zoologique de Québec a été fermé en 2006.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer