Cadres licenciés à Sainte-Brigitte-de-Laval: encore des sommes à verser après 2016

La mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, avait affirmé... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, avait affirmé en novembre que toutes les sommes pour régler le litige avec ses ex-cadres avaient été versées à même le budget 2016, ce que conteste un des ex-employés visés.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Contrairement à ce qu'affirmait la mairesse Wanita Daniele en novembre, la municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval aura encore des sommes d'argent à verser après 2016 à l'un de ses ex-cadres licenciés illégalement.

Lors de l'assemblée de présentation du budget 2016, Mme Daniele avait assuré que les sommes dues à l'ancien directeur des services juridiques Sylvain Déry et l'ancien directeur général Gaétan Bussières pour régler le litige avaient toutes été versées à même le budget 2016.

Le budget 2016 avait vu bondir de 404 342 $ le poste budgétaire consacré aux «réclamations pour litiges et autres». «Vous voyez l'écart, je vous laisse tirer vos propres conclusions», avait-elle déclaré en insistant sur le fait qu'elle ne pouvait dévoiler le montant des indemnités versées aux ex-cadres en raison d'une entente de confidentialité.

M. Déry a toutefois confirmé, dans un échange de courriers électroniques avec Le Soleil, qu'il n'avait pas encore reçu la totalité des sommes prévues à l'entente en vertu de laquelle il a quitté son poste 10 jours après y avoir été réintégré par une décision de la Commission des relations du travail en août.

Entente confidentielle

«Comme vous le savez, ma réintégration à la Ville a été de courte durée, cette dernière ayant ultimement proposé une entente de départ à mon entière satisfaction. À la demande de la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval, les termes de cette entente devaient demeurer confidentiels. Ceci étant dit, la mairesse Wanita Daniele a jugé approprié de commenter sur la place publique, en séance du conseil municipal, ladite entente confidentielle», a expliqué celui qui a depuis obtenu le poste de greffier à la Ville de Château-Richer.

«Comme vous le mentionnez, le 16 novembre 2015, dans un article publié sous votre plume dans le journal Le Soleil, on peut lire : Mme Daniele a toutefois assuré que ce dossier était réglé à même le présent budget. "On ne payera plus ça dans les prochaines années. On tourne la page"», poursuit-il avant de remettre en question la déclaration de la mairesse.

«Je ne comprends pas cette affirmation de la mairesse et vous assure qu'elle ne correspond pas à l'entente signée. Des sommes seront en effet versées après 2016», a écrit M. Déry, ajoutant qu'il ne pouvait toutefois en dire davantage en raison de ses engagements de confidentialité.

Mutisme de la mairesse

Questionnée à nouveau concernant ses déclarations de novembre, Wanita Daniele n'a pas voulu confirmer que des sommes seraient versées après 2016. «Je dois vérifier avec notre service de trésorerie, mais je ne pense pas pouvoir vous dévoiler cette information qui est confidentielle. Si quelqu'un vous a fait une déclaration en ce sens concernant une entente confidentielle, ce serait assez grave», a-t-elle répondu lors d'un entretien téléphonique avec Le Soleil.

Mme Danielle a répété ne pas vouloir revenir sur le dossier du licenciement illégal de MM. Déry et Bussières. «Moi, c'est en arrière de moi. J'ai tourné la page et je suis tellement contente de travailler dans le positif. On a un bon directeur général, le climat a changé à tous les niveaux et je veux travailler pour faire de notre ville un endroit agréable où vivre», conclut-elle.

Équipe Wanita mise sur un nouveau venu en politique à l'élection partielle

Le parti Équipe Wanita, qui détient cinq des sept sièges au conseil municipal de Sainte-Brigitte-de-Laval, présentera un candidat, Jean-Philippe Mathieu, à l'élection partielle du 20 mars pour le poste de conseiller municipal du district 3.

Père de deux enfants de deux et quatre ans, M. Mathieu, un nouveau venu en politique municipale, travaille comme représentant en couleurs dans le domaine de l'automobile. «Nous avons rencontré quelques personnes, et notre choix s'est arrêté sur M. Mathieu en raison de sa capacité d'apprendre rapidement et de bien saisir les enjeux», a expliqué la mairesse Wanita Daniele au Soleil.

Elle fait remarquer que, contrairement à son adversaire annoncé, l'indépendant Daniel Racine, M. Mathieu réside dans le district 3. «C'est le secteur qui a connu la croissance la plus forte avec l'arrivée des jeunes familles. C'est important d'avoir quelqu'un qui connaisse le secteur», poursuit la mairesse.

Projet de reboisement

L'un des enjeux de cette partielle, selon Mme Daniele, sera le programme Conservons, protégeons et reboisons Sainte-Brigitte, dans lequel un investissement de 50 000 $ est prévu pour reboiser le secteur du district 3.

Étant donné la présence de deux candidats sur les rangs, les résidents du district 3 iront aux urnes le 20 mars pour élire le successeur de la conseillère Marie-Ève Racine, qui faisait aussi partie d'Équipe Wanita, mais a remis sa démission en janvier. 

Actuellement, le seul poste de conseiller à échapper à l'équipe de la mairesse est le siège 5, occupé par le conseiller Louis-Georges Thomassin. Élu au sein du défunt parti Les Partenaires Sainte-Brigitte, M. Thomassin siège désormais comme indépendant. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer