De candidat à la mairie de Saint-Augustin à candidat comme conseiller

Éric Dussault était candidat à la mairie de... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Éric Dussault était candidat à la mairie de Saint-Augustin-de-Desmaures lors de l'élection de juin dernier.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Candidat défait à la mairie de Saint-Augustin-de-Desmaures en juin, Éric Dussault plonge pour une deuxième campagne électorale en moins d'un an. L'homme d'affaires est devenu lundi le premier candidat officiel à l'élection partielle du 20 mars du district du Lac.

Ce père de famille dans la jeune quarantaine, copropriétaire de l'entreprise familiale Freins Alco, se présente comme indépendant pour ce scrutin rendu nécessaire après la démission de la conseillère Marie-Julie Cossette en décembre.

Déjà, Éric Dussault reconnaît une certaine communauté de pensée avec l'actuel maire Sylvain Juneau. Élu en juin, M. Juneau fait face à une énorme opposition, voire un blocage de la part des conseillers issus de l'ancienne administration de Marcel Corriveau.

Il pourrait ainsi trouver un allié en M. Dussault. 

«Disons que j'attends plus du côté de M. Juneau. Ils [les conseillers] persistent et signent dans leur entêtement», a déploré M. Dussault en entrevue téléphonique au Soleil.

Pour l'entente

Ainsi, il est par exemple en faveur de l'entente sur nouveau partage de la quote-part sur l'agglomération signée en novembre par Sylvain Juneau et le maire de Québec Régis Labeaume. Or les conseillers de Saint-Augustin ont mandaté un expert, François Des Rosiers, dont le rapport rejette l'entente. Tout indique qu'ils voteront donc contre ce nouveau partage d'ici le 15 février, date à laquelle l'entente deviendra caduque. Les démêlés juridiques contre la Ville de Québec se poursuivront alors. Ce qui n'est pas la voie à suivre, selon le candidat à la partielle du 20 mars.

«Ce n'est pas une entente parfaite. Il y a des choses que j'aime moins, mais elle est de loin supérieure a ce qu'on a aujourd'hui», a affirmé M. Dussault. «Je ne crois pas qu'on gagne quoique ce soit en cour, c'est une perte d'énergie. Même si on gagne quoi que ce soit, ça va nous coûter combien?»

Arrivé quatrième

Éric Dussault dit avoir pris goût à la politique après sa campagne à la mairie au printemps 2015. Et ce, même s'il est arrivé quatrième avec 13,8 % des votes derrière Jean-François Dufour (18,6 %), Sylvie Asselin (32,3 %) et Sylvain Juneau, élu maire avec 34,32 %.

«J'ai pris une certaine expérience. J'ai surtout réalisé que j'ai aimé ça, rencontrer les citoyens», a relaté M. Dussault. Il s'agit aussi d'une expérience différente de la mairie alors que ce mandat partiel durera seulement jusqu'aux élections municipales générales de novembre 2017. «C'est une belle opportunité qui permet de se faire les dents.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer