Pas d'Expo Québec après 105 ans, Gestev en lice pour 2017

Pour la première fois en 105 ans, il n'y aura pas d'Expo Québec l'été prochain.... (Photothèque Le Soleil, Érick Labbé)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Érick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour la première fois en 105 ans, il n'y aura pas d'Expo Québec l'été prochain. La Ville de Québec veut faire une pause avant de revenir avec une meilleure formule en 2017. Et la firme Gestev est parmi les deux groupes retenus pour relancer la fête estivale.

Pas de manège ni de barbe à papa ou de jeux d'adresse sur le terrain d'ExpoCité au mois d'août après plus d'un siècle de cette tradition estivale. 

Les quatre projets reçus par l'administration Labeaume, qui a décidé l'automne dernier de confier la fête au privé, étaient «porteurs», mais pas encore à point, a annoncé la Ville de Québec mercredi. 

«Les propositions étaient vraiment très intéressantes. Mais dans le montage financier, il manquait beaucoup d'éléments», a expliqué le président d'ExpoCité, le conseiller municipal Vincent Dufresne, en mêlée de presse à l'hôtel de ville.

Quelques minutes plus tôt, la Ville de Québec venait de publier un communiqué dans lequel elle confirmait prendre une pause d'Expo Québec pour mieux revenir en 2017.

La Ville avait publié en novembre 2015 un appel d'intérêt pour «le développement et l'exploitation d'une fête estivale sur le site d'ExpoCité». L'idée était de donner un nouveau souffle à une fête à l'achalandage en baisse malgré divers virages et concepts testés au fil des dernières années.

Quatre propositions ont été déposées et deux projets ont été choisis par le comité de sélection qui les a étudiés en décembre et en janvier.

«On veut que les deux firmes continuent leur montage financier pour arriver avec ça au mois de mai», a poursuivi Vincent Dufresne. «Quelque chose de très costaud, de solide, qui nous démontre que c'est la firme qu'on doit choisir pour une activité comme celle-là.»

Or, arriver avec un projet final en mai laissait trop peu de temps pour la présentation 2016, a poursuivi l'élu. 

«Il fallait être réaliste dans le temps. La décision qu'on va prendre est majeure.» 

Même si Vincent Dufresne assure qu'il ne faut pas faire de lien, reste que le site d'ExpoCité, où se trouve aussi le Centre Vidéotron, sera très occupé à l'été 2016. Les travaux de démolition de l'Espace K et ceux pour l'aménagement de la future place publique Jean-Béliveau commenceront.

L'appel d'intérêt de novembre précisait que les entreprises intéressées devaient proposer un concept pour les étés 2016, 2017 et 2018. 

Mercredi, Vincent Dufresne a refusé de mentionner les idées ou les firmes toujours en lice, invoquant une nécessaire confidentialité.

Le Soleil a toutefois appris que Gestev est parmi les deux firmes retenues. Propriété de Québecor, cette entreprise à qui on doit notamment la gestion de la Baie de Beauport et le Red Bull Crashed Ice n'avait toutefois soumis un projet qu'à partir de l'été 2017.

«On veut quelque chose de plus 2.0 pour les gens de Québec, vraiment une fête familiale. Le but de ce qu'on fait présentement n'est pas de mettre en plan une activité, mais de la planifier et de l'organiser avec des chiffres solides et une pérennité», a ajouté M. Dufresne.

Souvenir de l'été 2015.... (Photothèque Le Soleil, Érick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Souvenir de l'été 2015.

Photothèque Le Soleil, Érick Labbé

 L'opposition déplore l'arrêt complet

L'opposition à l'hôtel de ville a pour sa part déploré la décision de l'administration Labeaume de ne rien tenir du tout sur le site en 2016. Une fête foraine aurait pu se tenir malgré la réflexion pour les changements à apporter à partir de 2017, a-t-il dit.

«On n'est pas d'accord avec la fermeture. Il est encore temps de tenir cette activité qui générait une activité économique dans le secteur», a estimé M. Shoiry, notant qu'Expo Québec «amène 275 000 personnes dans le secteur».

Gestev en lice pour une fête estivale à ExpoCité

La firme de gestion d'événements Gestev est l'une des deux candidatures retenues par la Ville de Québec pour préparer un projet de fête estivale à ExpoCité en 2017. Et jamais la filiale de Québecor n'a eu l'intention de présenter un projet pour 2016.

«J'ai su ce matin, en fin d'avant-midi, que notre dossier avait été retenu par le service d'approvisionnements pour poursuivre la démarche avec la Ville. J'ai également su qu'il y avait sur les rangs une autre entreprise dont j'ignore l'identité», a déclaré Patrice Drouin, président de Gestev, au Soleil.

Le dossier continuera donc de cheminer. «Nous aurons d'autres étapes à suivre, notamment une deuxième partie en février alors que nous rencontrerons de nouveau les gens de la Ville de Québec», poursuit M. Drouin.

Gestev aura ensuite quelques mois, soit d'ici la fin de l'hiver, pour déposer le concept final de son projet. Un projet dont Patrice Drouin préfère taire les détails pour l'instant. «Vous comprendrez que ce serait contre-productif de le dévoiler alors que nous sommes en compétition avec une autre entreprise.»

L'homme d'affaires avait répondu à l'appel d'intérêt de la Ville de Québec le 15 décembre et avait participé à une première rencontre en janvier pour présenter son idée et sa vision de la fête estivale qui succédera à Expo Québec en 2017.

Délais trop courts

Car pour Gestev, il n'a jamais été question de présenter un événement en 2016, même si, dans son appel d'intérêt, la Ville de Québec demandait un événement qui serait tenu en 2016, en 2017 et en 2018.

«Nous, c'était à partir de 2017 dès le départ, même au risque de nous disqualifier auprès de la Ville de Québec qui demandait alors des projets pour 2016. C'est comme ça qu'on s'est présenté à la Ville, en disant qu'il ne nous était pas possible d'être prêts pour 2016 parce que les délais étaient trop courts», indique Patrice Drouin.

«Peut-être que d'autres entreprises étaient capables de viser 2016 avec un concept clé en main, mais ce n'était pas notre cas», a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il n'était pas au courant que la Ville de Québec avait annoncé en matinée mercredi qu'elle renonçait finalement à tenir une fête estivale en 2016.

Le pari de Gestev de déposer un dossier malgré tout aura donc été payant jusqu'à maintenant alors que d'autres entreprises d'organisation d'événements avaient plutôt décidé de passer leur tour. C'est le cas d'Evenma, qui organise le Festibière de Québec et le Festivent de Lévis, et de QuébéComm, organisateur du ComediHa! Fest.

«Nous avons mis notre projet de côté, car 2016, ça semblait trop rapide», a déclaré Sébastien Huot, directeur général d'Evenma. «Nous ne considérions pas avoir le bon projet pour répondre à l'objectif de la Ville et d'ExpoCité et nous n'avions pas le temps de préparer quelque chose pour l'été 2016», a pour sa part déclaré au Soleil Sylvain Parent-Bédard, président fondateur de QuébéComm.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer