Le budget 2016 de Québec adopté sans l'opposition

Yvon Bussières, Paul Shoiry et Anne Guérette ont voté mardi... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Yvon Bussières, Paul Shoiry et Anne Guérette ont voté mardi contre le budget de Québec pour 2016.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les trois élus de l'opposition ont voté contre le budget 2016 marqué par une réduction de la dette de 59 millions $. Les conseillers de Démocratie Québec ont profité de ce rejet pour tirer à boulets rouges sur le bilan 2015 de l'administration Labeaume.

Choix de dépenses, transport en commun, densification, rapport avec les citoyens : rien ne semble avoir trouvé grâce aux yeux de l'opposition qui a aussi rejeté le programme triennal d'immobilisation prévoyant des investissements de 1,39 million $ ces trois prochaines années.

La promesse de s'attaquer à la dette de 1,628 milliard $ n'a pas convaincu Paul Shoiry, Anne Guérette et Yvon Bussières d'appuyer le budget de 1,403 milliard $, en hausse de 2,8 % par rapport à l'an dernier.

«Québec demeure l'une des villes les plus endettées, taxées et dépensières», a dit Mme Guérette pendant la séance extraordinaire du conseil municipal lundi matin. L'administration Labeaume a toujours justifié la hausse de la dette par des investissements majeurs dans les infrastructures, notamment souterraines. «Il n'y a aucune raison qu'on se soit autant endettés. Ce n'est pas parce qu'on a réglé le dossier des infrastructures», a poursuivi Mme Guérette.

Il reste, dit-elle, de «très gros morceaux», comme l'usine de biométhanisation repoussée en 2022 ou encore le dossier du transport en commun. «On n'a rien fait pour diminuer la congestion», a dit l'élue de l'opposition.

Décisions «unilatérales»

Plus globalement, Mme Guérette a aussi soutenu que les gens de Québec n'ont pas été suffisamment écoutés dans les dépenses des dernières années.

«Les décisions se font de façon unilatérale, sans écoute de ce qui s'exprime sur le terrain. C'est comme ça qu'on augmente l'endettement des citoyens, a-t-elle dénoncé. Les citoyens veulent que leur opinion compte.»

Le chef de l'opposition, Paul Shoiry, est pour sa part revenu sur le projet de déménagement du marché du Vieux-Port, ExpoCité, la densification, tous des échecs de l'administration Labeaume à ses yeux. Démocratie Québec a aussi critiqué la lenteur des projets pour le Vieux-Québec.

«J'en reviens pas qu'on dise qu'il ne se passe rien pour le Vieux-Québec», a répliqué la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux, visiblement piquée au vif. Elle a énuméré l'aménagement des jardins de l'Hôtel-de-Ville et la Maison de la littérature, entre autres.

«Dommage, car en votant contre le PTI, l'opposition vote aussi contre les rénovations à la bibliothèque Gabrielle-Roy, contre la vision de l'arbre, contre la vision du réseau cyclable. C'est décevant», a-t-elle dit.

Anneau de glace «pour l'élite»

«Cet anneau de glace sera un investissement de 69 millions $ pour un sport d'élite qui intéresse une poignée de gens», a pourfendu la conseillère Anne Guérette.

Les élus de Démocratie Québec ont aussi profité de leur vote contre le budget pour critiquer le projet de «centre de glace», l'une des prochaines priorités du maire pour la région. L'édifice abritera un anneau pour le patin longue piste et deux glaces consacrées au hockey ou au patinage artistique.

Or, Paul Shoiry déplore avoir obtenu des «réponses vagues» sur les détails du projet lors de l'analyse du budget en comité plénier ces deux dernières semaines. «Ça va servir à quoi? Quels seront les coûts d'opération? On nous demande de signer un chèque en blanc», a estimé M. Shoiry. «Qu'on ne dise pas que c'est payé aux deux tiers par les gouvernements fédéral et provincial. C'est de l'argent public, c'est nos impôts, c'est nos taxes.»

Du centre jeunesse aux bureaux de la Ville de Québec

Le conseiller municipal Jérémie Ernould... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 5.0

Agrandir

Le conseiller municipal Jérémie Ernould

Le Soleil, Patrice Laroche

Dix jeunes de 18 ans qui quittent les Centres jeunesse travailleront à la Ville de Québec pendant six mois. Fait nouveau, ils seront intégrés aux services administratifs pour la numérisation de documents.

Le projet d'intégration des jeunes en emploi de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) dont fait partie la Ville de Québec touche généralement des emplois d'été.

Donner une expérience de travail à ces jeunes dans une tâche administrative est donc une première pour le programme sur le plan municipal d'emplois des jeunes des centres jeunesse, a dit le conseiller municipal Jérémie Ernould.

«À la Ville de Québec, on aime ça faire différent et on est bons là-dedans», a dit le jeune conseiller d'Équipe Labeaume, élu en 2013.

«L'occasion pour ces jeunes d'ouvrir leurs horizons et d'être mieux outillés pour réintégrer le marché du travail», a poursuivi M. Ernould en conférence de presse avec le maire de Québec, Régis Labeaume, lundi.

Pour le maire, aider ces jeunes «au parcours de vie difficile» est «un devoir». «Ce projet social a comme objectif d'aider ces jeunes à développer leur potentiel et à leur donner une réelle possibilité d'emploi», a-t-il dit.

L'idée du programme de l'UMQ est de permettre une expérience de travail à des jeunes des Centres jeunesse qui atteignent la majorité et quittent le giron de ces centres. Elle est issue d'une entente entre une soixantaine de villes de l'UMQ, la Fondation Simple Plan et l'Association des Centres jeunesse du Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer