Les Ateliers du réacteur prennent vie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Ateliers du Réacteur, situés dans l'ancien complexe funéraire Lépine-Cloutier de la rue Saint-Vallier Est, prennent enfin vie. Dès lundi, les premiers locataires prendront possession des lieux.

Les locaux ont été aménagés dans un esprit... (LE SOLEIL, FRÉDÉRIC MATTE) - image 1.0

Agrandir

Les locaux ont été aménagés dans un esprit de design industriel, avec une luminosité optimale, pour répondre aux besoins des artistes. 

LE SOLEIL, FRÉDÉRIC MATTE

Afin de permettre la réalisation du projet, la Ville de Québec a injecté 500 000 $ dans le bâtiment de trois étages pour notamment le rénover et le mettre aux normes du jour.

Québec s'est aussi engagée auprès du propriétaire de l'édifice, Olivier Dufour, à lui verser 220 000 $ en loyer annuellement sur 10 ans pour la location des espaces destinés aux artistes en arts visuels et en métiers d'art. «On met aussi 60 000 $ par année pour la gestion des ateliers à la SDC Saint-Roch», précise Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l'aménagement du territoire, qui estime qu'avec les revenus de location, c'est 150 000 $ par an que le projet coûtera à la Ville.

Pour l'heure, cinq des 10 ateliers disponibles ont déjà trouvé preneurs pour la prochaine année, s'est réjouie vendredi Mme Lemieux. L'endroit peut accueillir une quarantaine de personnes.

«Cela a pris quelques années à réaliser, et le projet a pris plusieurs formes au fil du temps. À l'origine, nous avions parlé de l'édifice F.-X.-Drolet et après, nous nous sommes tournés vers la caserne [de pompiers] Saint-Nicolas. En discutant avec les artistes, ce n'était jamais le bâtiment parfait», explique-t-elle. «Il y a quelques années, lors d'Où tu vas quand tu dors en marchant...?, les artistes avaient pris possession de cet endroit et c'était magnifique. C'est là qu'on a vu à quel point cet édifice était fait pour eux.»

Design industriel

Les locaux ont été aménagés dans un esprit de design industriel, avec une luminosité optimale, pour répondre aux besoins des artistes. «C'est à leur demande. Ils nous ont dit : "On est capable de faire l'aménagement nous-mêmes. On veut l'adapter à nos besoins." C'est pour cette raison que nous avons conservé le patrimoine dans son état le plus pur possible», affirme Mme Lemieux. «Ils vont maintenant y mettre leur âme.»

Six ans après avoir pris comme engagement électoral d'ouvrir un espace destiné aux artistes, Chantal Gilbert peut maintenant dire mission accomplie. «Dès le départ, nous avons voulu doter Saint-Roch d'un espace spacieux pour les artistes. Je crois que la superficie de 15 500 pieds carrés des ateliers répond bien à ce besoin», souligne la membre du comité exécutif et conseillère du district Saint-Roch-Saint-Sauveur.

Le projet des Ateliers du Réacteur a débuté en 2013, alors que le promoteur et producteur Olivier Dufour avait déjà une vision pour la propriété. Il voulait notamment y aménager des espaces pour des entreprises privées spécialisées en «culture, en technologie ou en créativité». Il a alors communiqué avec Lépine Cloutier pour pouvoir acheter le complexe abandonné depuis 2010. Après avoir essuyé deux refus, son offre de 1,17 million $ a finalement été acceptée. La Ville s'est engagée par la suite à lui verser un loyer pour Les Ateliers du Réacteur.

Depuis 2013, M. Dufour a déboursé 1,2 million $ pour moderniser les deux édifices. L'homme d'affaires prévoit réinjecter 400 000 $ cette année. Et plusieurs projets sont sur la table. «Nous aimerions faire un lieu public dès cet été où les garages. Il va pouvoir y avoir des lancements, des expositions, mais aussi des conférences. [...] Nous sommes l'entrée de Saint-Roch, le soir, il fait très noir. Les touristes se demandent où est Saint-Roch. C'est pourquoi nous aimerions aussi faire des projections sur la façade de l'édifice.»

Bien que le projet d'ateliers d'artiste n'ait jamais vu le jour comme il était prévu dans l'ancienne caserne de Saint-Nicolas, la Ville ne jette tout de même pas l'éponge pour cet édifice. «On va se pencher sur l'avenir de ce lieu-là dans la prochaine année. C'est un lieu intéressant pour les artistes aussi. On va regarder de ce côté-là», a conclu Mme Lemieux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer