Aucun réfugié syrien à Québec pour l'instant

Les premiers réfugiés syriens sont arrivés à Toronto,... (Photo Nathan Denette, PC)

Agrandir

Les premiers réfugiés syriens sont arrivés à Toronto, jeudi soir.

Photo Nathan Denette, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Cent soixante-trois réfugiés syriens sont débarqués à Toronto jeudi et environ cent soixante vont atterrir à Montréal samedi. Du lot, aucun ne va venir s'établir dans la capitale.

Du moins, le téléphone du Comité d'accueil des réfugiés Saint-Yves n'a pas encore sonné, et, au Centre multiethnique de Québec (CMQ), on estime qu'on devrait accueillir les premiers réfugiés qu'en 2016.

«Ce qu'on attend pour demain, c'est principalement des gens parrainés qui vont être installés dans la région métropolitaine de Montréal», affirme au Soleil la directrice du Centre multiethnique, Dominique Lachance. «À moins d'une surprise de dernière minute, il n'y a pas personne de prévu pour Québec. [...] On s'attend à recevoir nos premiers réfugiés en janvier. C'est ce que le ministère [de l'Immigration] nous a dit», ajoute-t-elle.

Parmi le contingent de 3650 réfugiés syriens attendu dans la province pour 2015, seulement une centaine de personnes vont venir s'établir dans la région de Québec. Une trentaine vont être parrainés par des citoyens et environ 70 vont être pris en charge par l'État. Pour 2016, le nombre de réfugiés est similaire, avec l'arrivée d'environ 130 personnes.

Bien que le jour J pour le CMQ ne devrait pas être avant le mois prochain, cela ne signifie pas pour autant moins d'ouvrage pour l'organisme. «On continue de se préparer, de faire de la recherche de logements, on est à vérifier les antécédents de nos bénévoles. On est en travail continu», assure Mme Lachance. Le CMQ compte entre 350 et 400 bénévoles.

Du côté du Comité d'accueil des réfugiés Saint-Yves, on attend toujours le téléphone du ministère de l'Immigration. Pour l'heure, le représentant du comité, Pierre Sarault, n'est pas en mesure de fixer une date pour l'arrivée des premiers réfugiés.

«Hier [jeudi], il [le ministère] n'était même pas en mesure de nous dire qui était sur l'avion», souligne-t-il, pour décrire la situation. «Au début, ce sont des opérations complexes. Ce qu'on sait en ce moment, c'est que nous n'avons personne sur le vol, car nous n'avons pas eu d'appel.»

«Ils ne peuvent pas me donner de date. Ils ont des gens qui rencontrent le monde là-bas. Ils essayent de remplir l'avion. Et lorsque c'est fait, ils compilent les noms et ils nous informent à la dernière minute. C'est comme ça que cela va marcher pour les premières semaines», ajoute-t-il, assurant que les gens qui vont parrainer des réfugiés sont compréhensifs. «À chaque fois qu'une famille arrive, on le sait au mieux deux semaines avant. Là, cela va être plus de l'ordre de 48 heures.»

M. Sarault estime qu'au total entre 5 et 10 familles seront parrainées par des gens de Québec d'ici la fin du mois de février.

Sur deux ans, 7300 réfugiés syriens sont attendus au Québec.

Six propriétaires sur 10 prêts à louer

Un sondage de la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) a révélé vendredi que la majorité des propriétaires de la capitale se disent prêts à louer un logement à des réfugiés syriens.

Avec la garantie que le loyer serait payé, 60 % des répondants ont affirmé qu'il louerait un logement. Si le réfugié est parrainé, le taux de propriétaires favorable augmente à 66 %. Seulement, 17 % des participants de la région Québec ont affirmé qu'ils ne souhaitaient pas louer à des réfugiés syriens et 23 % sont indécis.

«Les immigrants ont toujours constitué une clientèle importante pour les propriétaires de logements», rappelle dans un communiqué le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette. «Ces chiffres font tomber une fois pour certains mythes qui laissent croire à tort à des valeurs autres et à des préjugés omniprésents.»

Parmi les raisons pour ne pas louer de logement aux réfugiés syriens, les propriétaires ont notamment relevé la difficulté de communiquer, le risque de devoir assumer des coûts d'entretien et l'inquiétude que le logement devienne surpeuplés.

Plus de 1600 propriétaires de partout au Québec ont répondu au sondage réalisé du 4 au 10 décembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer