Saint-Augustin ne signera pas l'entente d'agglomération avant le printemps

Les cinq conseillers opposés au maire Sylvain Juneau... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Les cinq conseillers opposés au maire Sylvain Juneau ont adopté mardi, lors de la séance régulière du conseil municipal, une résolution mandatant François Des Rosiers, professeur à l'Université Laval, pour qu'il détermine si l'entente d'agglomération est bonne pour les citoyens de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Saint-Augustin-de-Desmaures ne décidera vraisemblablement pas avant le printemps si elle ratifie ou non l'entente négociée par le maire Sylvain Juneau avec son homologue de Québec concernant la quote-part à verser à l'agglomération.

Les cinq conseillers opposés au maire Juneau ont adopté mardi, lors de la séance régulière du conseil, une résolution mandatant François Des Rosiers, professeur titulaire au Département de finance, assurance et immobilier de l'Université Laval, pour qu'il détermine si l'entente est bonne pour les citoyens de Saint-Augustin et pour en faire rapport au conseil.

L'expert recevra 12 000 $, puisés à même le budget de fonctionnement de la Ville, pour son travail. La résolution stipule également qu'il devra livrer son rapport le ou avant le 29 janvier 2016.

«La décision de signer ou non ne se prendra pas avant le mois de février, probablement même plus tard. Il faut se donner le temps de regarder ça et d'en discuter en comité plénier», a confirmé le conseiller Louis Potvin après la séance. «C'est quand même une décision de 30 millions $ et tout ça sera enchâssé dans une loi.»

Le maire Juneau, qui s'était déjà servi de son droit de veto contre une proposition semblable, a décidé de ne pas l'utiliser cette fois-ci. «Je ne mets pas mon veto pour qu'on arrête tout ce niaisage», a-t-il déclaré, rappelant toutefois que le choix de reporter la décision pourrait nuire à la possibilité pour la Ville d'obtenir rapidement les 150 hectares de terrains résidentiels et les 110 hectares de terrains industriels prévus dans l'entente.

«Réveillez-vous! Vous avez ici des gens qui retardent les choses et qui ne sont pas capables de prendre une décision», a-t-il lancé, rappelant que l'agglomération lui avait donné une date butoir au début du mois de janvier pour l'ajout des terrains en question au schéma d'aménagement.

«C'est du chantage! Rien n'empêche la Ville de Québec de mettre ces zones dans le schéma d'aménagement», a rétorqué le conseiller Guy Marcotte, qui considère ces terrains comme un «cadeau de Grec». «Rien ne nous garantit que la Commission de protection du territoire agricole et l'UPA seront d'accord. Je pense d'ailleurs que ce n'est pas un enjeu et qu'on n'aurait pas dû mélanger le dossier de la quote-part et celui des terrains», a-t-il ajouté après la séance.

Les conseillers ont aussi réussi à faire adopter une autre résolution à propos de laquelle le maire avait déjà utilisé son veto, soit celle de demander un avis juridique relativement à l'enquête interne administrative et financière en cours à Saint-Augustin. «Ce n'est pas sur la totalité de l'enquête, mais bien sur un seul des éléments de l'enquête», a tenu à préciser le conseiller Potvin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer