Poursuite contre Québec: Loranger pense récupérer de 16 à 23 millions $

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Grâce au recours intenté contre l'agglomération de Québec, le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, jure pouvoir récupérer au plus tard en 2017 une somme de 16 à 23 millions $. 

M. Loranger a fait cette déclaration mercredi soir lors d'une séance d'information qui avait lieu dans une église Notre-Dame-de-l'Association bien remplie. Il souhaitait inciter ses contribuables à s'opposer à l'entente proposée par le maire de Québec, Régis Labeaume, à L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures pour mettre fin aux litiges concernant l'agglomération. Les Lorettains se prononceront sur le sujet en décembre lors d'un référendum postal.

«Je suis écoeuré de me faire flouer par les premiers ministres, par les ministres des Affaires municipales, Nathalie Normandeau incluse, et je suis écoeuré royalement de me faire avoir par les "fonfons" de la Ville de Québec. Mais je ne suis pas encore assez écoeuré pour signer une entente qui n'est pas bonne pour nous!» a lancé le maire.

Certitude

En 2015, L'Ancienne-Lorette a payé une quote-part de 15,08 millions $ à l'agglomération de Québec. Émile Loranger est toutefois certain de pouvoir la faire diminuer au moins à 13,2 millions$ grâce au recours juridique pour lequel la Ville a déjà versé 1,5 million $ et dont il évalue à 2,5 millions $ la facture maximale.

«Il y a deux éléments sur lesquels nous sommes sûrs à 100 % de gagner notre cause. Les 2,7 millions $ que nous versons à l'agglo pour payer la partie de la dette qui nous est attribuable devraient plutôt être 1,3 million $ sur une dette de 19 millions$. Donc, seulement là, on gagne 1,4 million $. De plus, la hausse de 20 % de notre quote-part générée par le fait que Saint-Augustin avait gonflé artificiellement son budget en vendant pour 7 millions $ de terrains sera récupérée, soit 400000 $ de plus», a expliqué le maire.

Ainsi, L'Ancienne-Lorette récupérerait de 16 à 23 millions $ représentant les sommes versées en trop depuis la défusion. Le maire Loranger évalue que d'autres éléments, sur lesquels il estime pouvoir gagner «à 85 %», pourraient même contribuer à ramener la quote-part annuelle à 12,5 millions $.

La trésorière de la Ville, Arianne Tremblay, est allée plus loin dans son analyse. Selon elle, en ratifiant l'entente proposée par l'agglomération, la quote-part de L'Ancienne-Lorette serait de 15547280 $ en 2016 contre 13609200 $ en ne la ratifiant pas et en l'emportant en cour sur les deux éléments que le maire s'est dit être «certain de gagner». 

«Bref, si on signe pas, on a 1 936 000 $. Et si on signe, c'est comme si on disait que la surfacturation, on la bénit et on leur permet même de l'indexer à chaque année!» a résumé M. Loranger. Applaudi à tout rompre par les centaines de citoyens réunis à l'église, le maire a même réussi à convaincre l'un de ses adversaires aux élections de 2013, Alain Fortin. «Mettez vos gants de boxe, on va mettre M. Labeaume à terre!» a lancé l'ancien chef du Regroupement des payeurs de taxes de L'Ancienne-Lorette.

Le maire sur les rangs en 2017

Pour la première fois, le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a annoncé mercredi soir qu'il souhaitait solliciter un nouveau mandat en 2017. «C'est la première fois que je l'annonce en public et, en 32 ans, c'est la première fois que je l'annonce avant le 15 août de l'année de l'élection», a déclaré le maire aux médias. Le seul élément qui pourrait le faire changer d'idée serait une défaite de sa Ville devant les tribunaux dans son recours contre l'agglomération de Québec. «Si nous perdons en cour, j'offrirai ma démission aux citoyens. À ce que je sache, on n'a pas encore perdu en cour. Et si on signe l'entente, on n'aura pas perdu en cour non plus», a-t-il précisé. Le maire a ajouté que son cheval de bataille pour la prochaine élection serait de créer un fonds de réserve afin de payer certaines des dépenses en argent comptant plutôt que «d'entretenir» la Ville en augmentant le compte de taxes des citoyens.

Appel aux voisins

Le maire de L'Ancienne-Lorette a invité sa voisine Saint-Augustin-de-Desmaures à se joindre à lui en refusant l'entente proposée par Québec et en maintenant la poursuite contre l'agglomération.

«Si on avait les deux villes, ce serait encore mieux!» a lancé Émile Loranger en présence d'une vingtaine de citoyens de Saint-Augustin qui assistaient aussi à sa séance d'information. Le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau, a accepté l'entente, mais les cinq conseillers municipaux qui lui sont hostiles hésitent à la ratifier.

Les Augustinois étaient présents après avoir été invités par le groupe 25pourcent.com, regroupant des citoyens majoritairement favorables aux conseillers municipaux de l'équipe de l'ex-maire Marcel Corriveau.

«Baisse de votre compte de taxes de 750 $ en vue! Vous pourriez bénéficier d'une diminution de votre compte de taxes de 750 $ en moyenne... Découvrez comment en participant à la séance d'information du maire de L'Ancienne-Lorette sur l'entente avec l'agglomération», faisait miroiter 25pourcent.com sur sa page Facebook mercredi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer