Rénos de 500 000 $ à la SPA de Québec

«Vous savez, quand on traite des animaux dans... (La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

«Vous savez, quand on traite des animaux dans un refuge comme celui-ci, ça nous prend un standard minimal pour permettre à un animal en convalescence de se remettre sur pied», plaide Claude Martineau, vétérinaire et vice-président du conseil d'administration de la SPA.

La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quelques mois après avoir perdu son contrat avec la Ville de Québec pour la gestion des animaux errants, la Société protectrice des animaux de Québec (SPA) reprend du poil de la bête en investissant 500 000 $ dans ses installations. «C'est la survie de la SPA qui en dépendait», confie Claude Martineau, vétérinaire et vice-président du conseil d'administration à la SPA.

«On était rendu à la limite, tranche M. Martineau. Vous savez, quand on traite des animaux dans un refuge comme celui-ci, ça nous prend un standard minimal pour permettre à un animal en convalescence de se remettre sur pied. On n'a jamais franchi la limite, mais on s'en est approché trop souvent à mon goût.»

À titre de vétérinaire, M. Martineau a d'ailleurs failli quitter le navire pour cause de désuétude des équipements. «J'avais fait le constat : "Si on ne fait pas de changements majeurs, je ne cautionne pas ça, je suis obligé de me retirer."» Geste qu'il n'a finalement pas eu à poser, car le projet de rénovation s'est mis en branle, prévoyant notamment des changements «majeurs» en ce qui a trait à la ventilation et au drainage.

Claude Martineau n'a pas été le seul employé de l'organisme à envisager de quitter la SPA. «Si on fait ce métier-là, c'est parce qu'on aime les animaux», explique Manon Légaré, directrice des opérations, par voie de communiqué. «Si on choisit de la faire dans un refuge, c'est parce qu'on veut aider les animaux mal en point ou abandonnés. Mais quand vous devez chaque jour faire un effort extraordinaire pour atteindre les standards, à la longue, ça use. Après un moment, on a parfois envie d'aller voir ailleurs.»

La SPA souhaitait en fait déménager, et ce, depuis déjà plusieurs années, explique Claude Martineau. Elle devait d'ailleurs le faire dans le cadre du projet municipal de centre animalier, qui pourrait s'établir sur les terrains de l'ancien zoo de Charlesbourg. Un projet de 5 millions $ qui est actuellement sur la glace, et duquel ne fait plus partie la SPA depuis qu'elle a résilié son contrat avec la Ville pour la gestion des animaux errants.

«Dans la perspective du projet [de centre animalier], il n'était pas question d'investir 500 000 $. Malheureusement, avec la Ville, on est venu au constat que le projet était peut-être dans trois, quatre ans. On a été obligé de mettre fin à l'entente avec la Ville» car le bâtiment de la SPA avait besoin d'une cure de jeunesse bien avant, explique Claude Martineau.

«C'est un projet sur lequel j'ai été obligé de faire un deuil, admet-il, mais pour le bien des animaux de la SPA», il fallait effectuer des rénovations rapidement. «C'est les employés qui écopaient de cette situation-là, parce qu'on ne voulait pas que les animaux écopent. On était à la limite où les animaux allaient commencer à subir les conséquences.»

En se retirant du contrat avec la Ville de Québec, la SPA «veut se centrer sur sa mission se base : le soin aux animaux, l'adoption, l'inspection pour éviter la cruauté animale, l'éducation des gens», précise M. Martineau.

Mais il n'exclut pas la possibilité qu'une nouvelle entente entre la SPA et la Ville soit conclue à moyen terme autour du futur centre animalier. «Selon moi, il devrait y avoir un projet commun avec les gens impliqués. [...] Si on veut que ça marche, ça serait le fun que ça devienne un projet collectif.»

La SPA amorce par ailleurs sa campagne de financement, et espère récolter 500 000 $ au cours des 12 prochains mois. Contrairement au montant investi pour les travaux, ce 500 000 $ servira à prodiguer les «soins directs aux animaux», précise M. Martineau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer