Le centre Durocher remplacé par 69 logements

Un bâtiment neuf d'appartements poussera sur les ruines... (Fournie par Action-Habitation)

Agrandir

Un bâtiment neuf d'appartements poussera sur les ruines du centre Durocher. Il s'agira d'un immeuble strictement résidentiel de 69 logements sur cinq étages qui sera construit en «U» avec une cour intérieure (illustration).

Fournie par Action-Habitation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le centre Durocher du quartier Saint-Sauveur est définitivement condamné : en lieu et place, 69 logements seront érigés sur 5 étages autour d'une cour centrale. Un chantier de 14 millions $.

La conclusion de la petite saga du centre communautaire de la basse ville approche, indique Armand Saint-Laurent, le directeur général d'Action-Habitation, l'organisme chargé des travaux. Ne resteraient que des détails à fignoler.

Le legs des pères Oblats sera démoli, dit-il. Oubliez la proposition d'y aménager une maison de la culture, une idée promue par le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS). Un bâtiment neuf d'appartements poussera sur les ruines.

La conseillère municipale du district Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert, nous a confirmé la destruction en entrevue téléphonique un peu avant le conseil municipal de lundi soir. La nouvelle devait d'ailleurs y être annoncée. La Ville autorise donc l'érection d'un maximum de 80 unités sur le site du centre Durocher : «On appuie un projet de logement social.»

Au CCCQSS, l'animateur-coordonnateur Éric Martin critique vivement la décision : «[Le maire Régis] Labeaume crève le coeur de Saint-Sauveur.» Il rappelle que l'édifice a été donné par les Oblats sous réserve d'y préserver la vocation communautaire : «Il y a disparition totale du patrimoine. Pour la communauté, c'est une grosse perte. [...] Il risque d'y avoir encore beaucoup d'opposition à ce projet.»

Armand Saint-Laurent, d'Action-Habitation, a néanmoins déjà produit les plans. «L'immeuble a changé pas mal», prévient-il. Au fil des mois, la maquette architecturale a évolué, tantôt pour loger un Centre de la petite enfance, tantôt pour héberger des groupes communautaires, tantôt pour préserver la tour de l'actuel centre Durocher et l'intégrer au bâtiment moderne.

La garderie s'installera finalement ailleurs : «Le CPE s'en va sur la rue Arago au centre Édouard-Lavergne.» Aussi, aucun groupe communautaire ne logera sur place. Et la façade patrimoniale de 1950 sera rasée; sa restauration coûterait trop cher, nous apprend M. Saint-Laurent. Le parc Durocher voisin et son pavillon seront cependant conservés tels quels.

On aurait également pu aménager dans l'édifice un point de chute du réseau des bibliothèques municipales. M. Saint-Laurent avait proposé d'intégrer un local où les lecteurs auraient pu réserver des bouquins, aller chercher ceux qu'ils auraient commandés sur le Web... «[À la Ville], ils ne me sont pas revenus avec ça.»

On parle donc d'un immeuble strictement résidentiel. «On n'est plus dans un bloc carré. On a fait un "U" avec une cour intérieure.» La construction comptera 38 stationnements au sous-sol.

Un échéancier? «Ce qu'on vise c'est, idéalement, occupation en juillet 2017. Si tout va bien.» À quel prix, les loyers? «Il va y avoir une partie de subventionnée, et l'autre partie au prix du marché.» Au moins 50 % donneront droit à une aide financière du programme de supplément au loyer qui permet de réduire grandement le montant à décaisser chaque mois. Des personnes seules et des familles pourront y résider.

Le centre Durocher fera place à un immeuble... (Fournies par Action-Habitation) - image 2.0

Agrandir

Le centre Durocher fera place à un immeuble résidentiel de 69 logements sur cinq étages.

Fournies par Action-Habitation

Une maison de la culture si...

La démolition du centre Durocher de la rue Carillon ne signifie pas que la Ville ferme la porte au projet de création d'une maison de la culture dans le quartier, certifie la conseillère municipale du district Saint-Roch-Saint-Sauveur, Chantal Gilbert. Les défenseurs de ce dessein devront cependant présenter un dossier «concret» avec un lieu et un financement.

«La maison de la culture, ce n'est pas terminé», affirme-t-elle. Cependant, la Ville ne juge pas que la proposition est suffisamment étoffée. Un organisme devrait grandement épaissir le dossier pour la convaincre.

Le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur porte cette idée. Après avoir consulté la population, on avait conclu qu'il manquait un lieu de diffusion culturelle dans ce secteur de la basse ville. Et que le centre Durocher était tout indiqué pour y installer une maison de la culture.

«Jusqu'ici, il n'y a jamais personne qui a déposé de projet concret, soutient Mme Gilbert. Le Comité des citoyens, ils ont émis des voeux pieux. Mais je n'ai rien vu de concret.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer