Une année chargée à venir pour Démocratie Québec

Yvon Bussières, Paul Shoiry et Anne Guérette.... (Collaboration spéciale Valérie Gaudreau)

Agrandir

Yvon Bussières, Paul Shoiry et Anne Guérette.

Collaboration spéciale Valérie Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'année qui s'en vient sera particulièrement chargée pour Démocratie Québec. À deux ans des prochaines élections municipales, le parti d'opposition à l'hôtel de ville a au menu une course à la chefferie, la création d'associations locales d'arrondissements, la recherche de candidats et l'objectif de doubler son nombre de membres.

«Deux ans, c'est demain, et l'année 2016 sera très chargée. Il faut que pour 2017, on soit prêts», a indiqué le président du parti, Me Denis L'Anglais, rencontré jeudi soir en marge du cocktail de financement du parti qui se tenait à l'Espace Hypérion dans le Vieux-Québec.

En décembre, il présentera sa proposition pour les modalités et les dates de la course à la direction du parti. Démocratie Québec est présentement dirigé par le chef intérimaire Benoît Gingras qui a succédé à David Lemelin, défait à la mairie par Régis Labeaume le 3 novembre 2013. 

Le parti compte trois élus sur 21 au conseil municipal de Québec : Paul Shoiry, Anne Guérette et Yvon Bussières. Des trois, seule Mme Guérette a déjà fait part de son intention de se porter candidate à la mairie au scrutin municipal qui se tiendra le 5 novembre 2017.

Du pain sur la planche donc pour le parti qui s'estime toutefois mieux structuré qu'avant le scrutin de 2013. «Là, on est plus organisés. On a des règlements, on a des structures», a dit M. L'Anglais. Il faut dire que les forces d'opposition avaient passé une bonne partie de 2013 à uniformiser la fusion de quatre partis d'opposition : Alternative Québec, Démocratie Québec fondé par Anne Guérette, Québec autrement de David Lemelin et le Défi vert. «Il reste du travail à faire, mais on en a fait beaucoup pour consolider tout ça», a dit le chef par intérim Benoît Gingras. 

Démocratie Québec souhaite aussi poursuivre la création d'association locale par arrondissement, où les membres seront appelés à se prononcer en assemblées. Ce sera notamment le cas pour le programme en prévision du scrutin de 2017, a expliqué Denis L'Anglais. 

«Il sera présenté pour améliorations, enrichissements, suggestions. Ça va être ouvert à tout le monde. L'idée est qu'on veut que les gens s'approprient le programme et l'améliorent», a dit M. L'Anglais, conscient de l'omniprésence d'Équipe Labeaume tant sur le plan politique que médiatique. «On a un sérieux travail à faire et on va le faire selon les règles de l'art», a-t-il dit.

Financement

Les dirigeants de Démocratie Québec souhaitent aussi augmenter le nombre de membres d'ici 2017 en le faisant passer de 350 à 700. «On va doubler tout ça», a dit Denis L'Anglais. 

Le billet pour le cocktail de jeudi était de 95 $. La loi électorale n'oblige pas à divulguer le nom des donateurs de moins de 100 $. En 2013, l'ex-chef David Lemelin avait dit que les noms des donateurs étaient confidentiels parce que les gens avaient «peur» de s'attirer les foudres du maire Régis Labeaume en soutenant l'opposition.

«C'est encore vrai. Il y a des gens qui m'ont donné 95 $ par crainte d'être identifiés par rapport au maire, au pouvoir», a dit Yvon Bussières. Paul Shoiry a pour sa part préféré parler de «financement populaire». «Ça vient des amis, des voisins, des gens qui nous supportent. On les laisse libres, certains nous ont donné des petits montants, d'autres donnent plus de 100 $», a-t-il dit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer