Shoiry sévère pour le bilan de Labeaume à mi-mandat

«Je sens qu'il commence à y avoir de... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

«Je sens qu'il commence à y avoir de plus en plus de gens qui disent que c'est le même message tout le temps et qu'il commence à y avoir des ratés. Ça, on le sent et on l'entend», a dit lundi le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Paul Shoiry.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Je sens que la popularité du maire baisse», assure Paul Shoiry. Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville a dressé un bilan peu reluisant de la première moitié du présent mandat de l'administration Labeaume.

«Je sens qu'il commence à y avoir de plus en plus de gens qui disent que c'est le même message tout le temps et qu'il commence à y avoir des ratés. Ça, on le sent et on l'entend. Je pense que les prochaines années vont être déterminantes», a dit l'élu de Démocratie Québec, à deux ans des prochaines élections municipales du 5 novembre 2017.

Liste en main, M. Shoiry a dressé lundi un bilan des dossiers pour lesquels l'opposition a fait en vain des propositions, chaque fois rejetées par Équipe Labeaume qui compte 17 conseillers sur 21 au conseil municipal. Il a aussi parlé de dossiers en attente. En vrac, le réseau cyclable, les finances d'ExpoCité, les écoquartiers, la santé du lac Saint-Charles, le Port de Québec ou encore la politique de l'arbre. «Il y a eu beaucoup d'annonces, de "réannonces", mais peu de gestes concrets», a tranché M. Shoiry.

Du côté d'Équipe Labeaume, on a répliqué pendant le conseil municipal en distribuant aux journalistes une liste des réalisations réalisées pendant ce mi-mandat.

Finances publiques

Lors de son allocution au conseil municipal, Paul Shoiry a aussi critiqué la gestion des finances publiques sous Régis Labeaume, arrivé au pouvoir à la fin de 2007. Il a rappelé les récents chiffres de HEC Montréal indiquant que Québec enregistre la plus forte croissance des dépenses municipales entre 2009 et 2013, que le coût moyen de ses services est au 9e rang des 10 plus grandes villes.

Lors des échanges pendant le conseil, le maire Régis Labeaume a reproché à l'opposition de noircir le portrait économique. «Si ça va si mal, pourquoi on a le taux de chômage le plus bas au pays?» a-t-il demandé. Il a estimé que le chef de l'opposition «craint» que l'administration Labeaume honore sa promesse de commencer à rembourser la dette dès l'an prochain. «Ça l'embête qu'au prochain budget, il est fort probable qu'on annonce qu'on commence à rembourser la dette», a dit M. Labeaume.

Pas de Shoiry à la mairie

À deux ans des prochaines élections municipales, Paul Shoiry a réitéré lundi qu'il n'est «pas dans ses intentions» se briguer la direction de Démocratie Québec pour se présenter à la mairie contre Régis Labeaume.

Le parti Démocratie Québec tiendra une course à la direction en 2016. Déjà, la conseillère Anne Guérette a fait part de sa volonté de briguer la chefferie alors que le troisième élu, Yvon Bussières, a signifié l'an dernier qu'il ne sera pas de la course. L'actuel chef intérimaire de Démocratie Québec est Benoît Gingras qui ne siège pas au conseil municipal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer