Les caméras corporelles intéressent la police de Québec

Des caméras corporelles seront portées par 50 policiers... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des caméras corporelles seront portées par 50 policiers de Montréal à compter du printemps dans le cadre d'un projet pilote de huit mois.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec pourrait être la prochaine Ville à doter ses policiers de caméras corporelles pour filmer les interventions. Et le projet pilote qui sera lancé à Montréal au printemps sera déterminant dans une éventuelle décision.

«Oui, c'est vraiment quelque chose que le SPVQ regarde», a dit au Soleil la porte-parole Christine Lebrasseur au nom de la direction du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Cette semaine, le maire de Montréal, Denis Coderre, a donné son feu vert à un projet pilote pour lequel 50 agents porteront des caméras. La métropole deviendra ainsi la première ville québécoise à se doter de tels appareils répandus aux États-Unis. Les patrouilleurs portant des caméras feront leur apparition au printemps dans les rues de Montréal pour un test d'une durée de huit mois.

Ce projet pilote sera suivi de près par le SPVQ. Et ces conclusions serviront à savoir si Québec ira ou non de l'avant avec un tel équipement.

Il faut dire que le test montréalais servira à répondre à plusieurs questions de nature déontologique, éthique, économique ou technologique. «La direction est à regarder le dossier et attend de voir le projet pilote de Montréal, car il y a plusieurs aspects à regarder, comme les coûts, les technologies et la question de la conservation de la preuve», poursuit la direction du SPVQ dans sa réponse au Soleil.

L'enjeu de l'archivage des données pouvant servir à inculper ou à disculper autant un citoyen qu'un agent est en effet un élément particulièrement sensible de l'usage de caméras corporelles.

«Deux côtés à une médaille»

À Montréal, le maire Denis Coderre a estimé lors de l'annonce que l'utilisation de caméras corporelles pouvait être «bénéfique» pour ses forces policières.

«Aujourd'hui, les citoyens ont leur caméra et filment tout ce qui se passe, mais on a tout le temps une partie de l'histoire. Mais dans la vie, il y a toujours deux côtés à une médaille, et ces caméras pourront nous donner une vision de ce qui se passe», a déclaré la responsable de la sécurité publique de Montréal, Anie Samson, citée dans le journal La Presse de jeudi.

Toujours selon le même article, des études sur l'utilisation des caméras corporelles ont montré une baisse d'incidents violents impliquant des policiers. Les accusations de brutalité policière autant que des interventions musclées des agents ont chuté.

Appelé à commenter le projet-pilote de Montréal, le maire de Québec, Régis Labeaume, a dit vendredi matin être au courant de l'intérêt du SPVQ. «Je sais qu'il y a des réflexions au service de police. Je vais vous revenir là-dessus», a-t-il déclaré.

Incriminé par sa propre caméra

Si des caméras peuvent protéger la version des policiers lors d'intervention, les images peuvent aussi les incriminer.

La Presse donnait l'exemple d'un agent de la police de l'Université de Cincinnati, Ray Tensing, accusé de meurtre après le visionnement des images captées par sa caméra corporelle en juillet. L'agent avait intercepté Sam DuBose, un homme qui n'avait pas de plaque d'immatriculation à l'avant de son véhicule. Interpeller ce citoyen a été jugé correct, mais l'analyse de la vidéo a conclu que rien ne justifiait que le policier n'ouvre le feu sur l'homme qui n'était pas armé.

Sam DuBose est mort après avoir été atteint à la tête.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer