Le sauvetage du Grand Théâtre se complexifie

Le Grand Théâtre de Québec souffre de «dégradation irréversible» depuis... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Grand Théâtre de Québec souffre de «dégradation irréversible» depuis 10 ans.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le sauvetage du Grand Théâtre de Québec, victime depuis 10 ans d'une «dégradation irréversible», se complexifie, s'étire, malgré l'urgence. Le contrat de restauration n'a pas été octroyé. Et il ne subsiste qu'une seule entreprise volontaire pour essayer de rescaper le monument artistique. Toutes les autres se sont désistées ou ont été disqualifiées.

Il y a exactement un an, Le Soleil révélait que la Société du Grand Théâtre fait face à un défi d'envergure. «[Le] revêtement extérieur du GTQ est affecté par un processus de dégradation importante du béton, irréversible et nécessitant des travaux majeurs à court terme», apprenait-on dans des documents que nous avions consultés.

Mais on n'avait aucune idée du remède à administrer pour remettre sur pied le Grand Théâtre. «Il n'y a pas de limite quant aux solutions. [...] On est ouvert à toutes les idées», nous indiquait le pdg de l'époque, Marcel Dallaire. On évoquait même une coquille de verre pour encapsuler l'édifice ou la possibilité de le démonter pour le reconstruire en neuf.

Et il fallait faire vite. «On se doit de trouver une solution dans les meilleurs délais», avait déclaré M. Dallaire.

Le directeur du projet, Albani Boudreau nous disait que les travaux débuteraient au mois d'août 2015... Le Soleil a toutefois annoncé au cours de l'été que l'échéancier initial ne tient plus.

Trois scénarios

Les travaux s'annoncent complexes et coûteux. Trois scénarios étaient sur la table - le Grand Théâtre refuse de dire lequel est toujours à l'étude :

  1. «Encapsuler le bâtiment existant dans une nouvelle coquille totalement différente du bâtiment existant», décrit-on dans les documents. M. Dallaire citait en exemple la maison de la musique de Barcelone, dont une partie des façades sont enveloppées de verre. 
  2. Apposer un nouveau matériau sur le béton, ce qui modifierait l'aspect. 
  3. Enlever les structures de béton géantes et les remplacer par des éléments similaires.

Voilà deux semaines que Le Soleil demande au Grand Théâtre de faire le point sur le dossier. L'institution étatique n'a pas répondu à nos questions. Elle a cependant finalement publié un communiqué de presse en fin de journée mercredi.

On apprend que quatre entreprises ont été sélectionnées en tant que finalistes pour l'important contrat. Mais que «deux [équipes] se sont retirées du processus», Roche construction et Verreault. Il ne restait donc que EBC et Pomerleau, jusqu'à ce que EBC soit «éliminée du processus». Pomerleau est seule.

En entrevue téléphonique, la chef du Service du marketing et des communications, Lucie Cloutier, refuse d'expliquer pourquoi un soumissionnaire est encore en piste. Elle ne commente pas non plus le risque que pose la présence d'un seul entrepreneur quant au prix à payer. Elle refuse aussi de révéler l'évaluation du contrat et le concept retenu pour sauvegarder le monument.

Le Soleil a cependant constaté que la Société du Grand Théâtre a octroyé une série de contrats de gré à gré, dans le cadre de son projet de réfection des murs extérieurs. Un avocat (30 000 $), une entreprise de service-conseil en ingénierie (95 000 $), une firme d'architectes (95 000 $) et une compagnie spécialisée dans le «maintien des actifs» (50 500 $) ont été embauchés sans appel d'offres pour l'épauler.

Le cabinet de la ministre de la Culture, Hélène David, suit le dossier «de très près». Tant qu'un projet final auquel est accolé un prix fixe n'est pas déposé, la politique ne s'immiscera toutefois pas publiquement, indique son attaché de presse, Philip Proulx.

Construit pour célébrer le centenaire de la Confédération canadienne, le Grand Théâtre abrite deux salles de spectacles, le Conservatoire de musique de Québec, une galerie d'art et deux salles de répétition. Quatre institutions culturelles de la capitale y logent : le Club musical de Québec, l'Opéra de Québec, l'Orchestre symphonique de Québec et le Théâtre du Trident.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer