Ottawa invité à s'offrir le pont de Québec en cadeau

Le pont de Québec... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le pont de Québec

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À cinq jours des élections, les maires de Québec et de Lévis invitent le futur gouvernement fédéral à «s'offrir en cadeau le pont de Québec» en 2017, question de souligner le 100e anniversaire de la structure et le 150e anniversaire de la Confédération.

Régis Labeaume et Gilles Lehouillier en appellent à la «fierté» du pays. Eux qui s'étaient fait discrets sur ce sujet depuis le début de la campagne électorale ont décidé de faire cette sortie à la toute fin d'une conférence de presse commune mercredi après-midi.  

«Est-ce qu'on est un pays assez fier pour prendre soin d'un élément de patrimoine mondial?», a lancé le maire Labeaume. «On est capables de s'offrir ce cadeau-là collectivement», a ajouté le maire Lehouillier, citant en exemple le fait que le gouvernement deviendra propriétaire du pont de la Confédération en 2032, qui dessert environ 200 000 personnes entre l'Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick. 

Selon les deux maires, il n'est pas trop tard pour que les différents partis prennent position sur cet enjeu. «L'élection est serrée, peut-être que ce serait une bonne idée pour une couple», soutient

M. Labeaume. Jusqu'à maintenant, il n'a pas senti «que c'était une grosse préoccupation» pour les quatre chefs fédéraux. «C'est dans les dernières journées qu'on peut faire bouger un certain nombre de décisions», assure quant à lui le maire Lehouillier. 

Voie législative

Après avoir multiplié les moyens de pression auprès du Canadien National (CN), le propriétaire du pont, au cours de la derrière année, les maires ont changé de cible. Ils demandent au gouvernement fédéral soit de décréter une loi qui obligerait la compagnie à repeindre complètement le pont de Québec, soit de se porter acquéreur du pont, comme c'était le cas auparavant.

Mais si la voie de la législation est retenue, comme le suggère par exemple le NPD, il faudrait s'assurer que cette loi soit béton et qu'elle ne pourrait être contestée. «Faut pas attendre 15, 20 ans», explique le maire Lehouillier. 

Repeindre le pont de Québec coûterait entre 200 et 400 millions $, le dernier montant provenant d'une étude commandée par le CN. Ce montant est toutefois contesté par les maires de Québec et de Lévis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer