Le directeur de la SDC Maguire dénonce un manque de collaboration avec la Ville

Sur la rue Maguire, 194 bornes ont fait... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Sur la rue Maguire, 194 bornes ont fait leur apparition à l'été 2014, non sans causer des remous. La SDC aujourd'hui tient en partie responsable l'arrivée du stationnement payant pour expliquer une baisse de rendement et les fermetures de commerces ces derniers mois, dont le café Starbucks.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Surpris» et «déçu» par les propos de Régis Labeaume voulant que la SDC Maguire ne soit «jamais contente», son directeur, Bernhardt Beaudry, réplique que la Ville de Québec pourrait faire preuve de plus de collaboration afin de revitaliser l'artère commerciale de Sillery.

Le maire de Québec annonçait vendredi que les sociétés de développement commercial (SDC) de la capitale allaient recevoir un boni de financement de 100 $ par année par borne de stationnement installée sur leur territoire. Une façon de donner un coup de pouce aux commerçants se disant affectés par la présence des parcomètres.

Sur l'avenue Maguire, 194 bornes ont fait leur apparition à l'été 2014, non sans causer des remous. La SDC tient aujourd'hui en partie responsable l'arrivée du stationnement payant pour expliquer une baisse de rendement et les fermetures de commerces ces derniers mois, dont le café Starbucks.

«La SDC Maguire, elle est jamais contente», a déclaré M. Labeaume, vendredi. «Quand tu vois le dynamisme qu'il y a sur la rue Cartier et que tu regardes Maguire. [...] Il y a quelque chose de plus profond, c'est que ce n'est jamais pareil à Sillery», a-t-il ensuite soufflé.

Invité à réagir, hier, le directeur général de la SDC, Bernhardt Beaudry, s'est dit pour le moins «surpris» des déclarations peu élogieuses du maire.

«Ce n'est pas vrai qu'on fait juste chialer. [...] On est constructif, on veut collaborer avec la Ville. Je trouve très dommage que le maire ait cette image-là de Maguire», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique.

M. Beaudry ne nie pas la résistance de certains commerçants contre l'arrivée des parcomètres. Mais il assure que les membres de la SDC Maguire ont cherché des solutions avec la Ville pour en minimiser l'impact. «On a soumis une proposition pour avoir des assouplissements, pour avoir des espaces de stationnement de courte durée. Proposition qui est restée sans réponse. On a souhaité avoir une collaboration avec la Ville, mais, pour l'instant, on ne l'a pas eu.»

S'il ne sent pas l'écoute de Québec sur le terrain, M. Beaudry admet que la Ville soutient bien ses SDC financièrement, et que là n'est pas le problème. «La Ville, financièrement, en fait assez. C'est aussi aux SDC d'aller chercher des revenus autonomes», a-t-il dit.

L'ajout de 19 400 $ grâce aux revenus des parcomètres est selon lui une bonne mesure pour aider à dynamiser le secteur. De l'argent qui profitera aux SDC dès l'exercice financier de 2016.

M. Beaudry concède également que la SDC Maguire a un examen de conscience à faire. Et le processus de relance est déjà entamé. Un plan stratégique a été mis en place, et Bernhardt Beaudry espère y rallier l'ensemble des propriétaires d'entreprise.

«Il faut travailler sur notre offre commerciale, faire la promotion de la rue, créer de l'animation. Il faut également miser sur des aménagements physiques», a-t-il énuméré. À court terme, la SDC Maguire veut notamment s'attaquer aux locaux vacants et les mettre en valeur afin qu'ils trouvent rapidement preneur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer