La Ville de Québec veut responsabiliser les maîtres de pitou et minou

À Québec, les licences pour chien sont obligatoires,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À Québec, les licences pour chien sont obligatoires, mais la Ville peine à faire appliquer son règlement. Seulement 40 % des propriétaires de chiens auraient une licence actuellement.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Trop de chiens se baladent sans médaille au cou à Québec. La Ville compte sur son nouveau fournisseur en gestion animalière pour renverser la vapeur et faire en sorte que les citoyens mettent la main dans leur poche et se responsabilisent par rapport à leur animal. «Les propriétaires doivent participer. Et connaissant les gens de Québec, les gens vont embarquer», croit Patrick Voyer, conseiller responsable du dossier.

La Ville a octroyé mercredi un contrat de 3,8 millions $ au refuge Les fidèles moustachus pour s'occuper des animaux perdus et trouvés à partir du 1er janvier 2016. Le grand objectif est simple : recueillir plus d'argent avec les licences animales pour ensuite le réinvestir pour contrôler la population de chats errants.

À Québec, les licences pour chien sont obligatoires, mais la Ville peine à faire appliquer son règlement. «Pourquoi il y a à peu près 40 % des propriétaires de chiens qui ont une licence? Moi, j'ai besoin de cet argent-là si on veut mettre en place des programmes de stérilisation!» lance M. Voyer. Il souhaite que les propriétaires de chiens paient leur dû (environ 35 $ par année) et il invite les propriétaires de chats à se procurer une médaille - qui reste facultative - pour leur animal.

La Ville amorce ainsi un véritable changement de culture dans la gestion animalière. «En 2016, ça va bouger. On a plein de beaux projets», soutient M. Voyer. Au moins six journées de stérilisation et de micropuçage des chats seront organisées chaque année. La Ville délègue également au fournisseur la responsabilité de distribuer les médailles. Comme Les fidèles moustachus, une entreprise privée, pourra garder entre 1 $ et 1,50 $ sur chaque médaille vendue, elle aura un incitatif financier à être active dans ce dossier.

«On ne peut pas passer de cancre à génie en claquant des doigts», admet Patrick Voyer. Selon lui, le gros du travail à faire est de sensibiliser les propriétaires d'animaux, afin qu'ils se sentent vraiment comme les parents adoptifs de leur petite bête. «Il faut y aller de façon graduelle. C'est des habitudes à changer.»

Fournisseur de confiance

Pour l'heure, la petite équipe des Fidèles moustachus est installée dans une maison sur le boulevard de l'Ormière, à Québec. «Je n'ai pas de crainte qu'ils vont pouvoir trouver un nouveau local plus grand et plus adapté», a indiqué Patrick Voyer. «Pour le citoyen, c'est le même service qu'en 2015 qui continue. C'est un fournisseur qui a fait ses preuves. Au niveau des plaintes, c'est presque nul», exprime l'élu.

Depuis la fin de l'entente avec la Société protectrice des animaux (SPA) de Québec en février, c'est Contrôle d'animaux domestiques (CAD) de Lévis, qui assurait la gestion animalière de façon temporaire pour la Ville. Le propriétaire de CAD, Pierre Côté, est le père de Samuel Côté, le propriétaire des Fidèles moustachus. Si bien que dans les faits, ils ont travaillé en collaboration au cours des derniers mois pour desservir Québec.

«Moi, mon objectif premier, ça va être de diminuer le nombre de chats errants à Québec», a indiqué Samuel Côté en entrevue téléphonique. Le jeune homme d'affaires veut s'attaquer au problème à la source et ainsi diminuer le nombre d'euthanasies. La SPA de Québec euthanasiait environ 5000 chats par année.

Il se peut également que Les fidèles moustachus se servent de l'application Yük, qu'ils ont contribué à lancer cet été, un outil qui permet entre autres de retrouver plus facilement les animaux perdus, et ainsi éviter qu'ils atterrissent à la fourrière municipale. «Ça reste à déterminer», dit M. Côté.

La Ville avait reçu deux soumissions pour ce contrat, avec un écart important de 10 millions $ entre les deux. M. Voyer explique que la vision de plusieurs organismes sans but lucratif qui travaillent dans le domaine est de demander aux villes 8 $ par habitant pour faire le travail. Ce qui expliquerait pourquoi Services animaliers de la Rive-Sud, de Boucherville, est arrivé avec une soumission de 14 millions $. M. Voyer estime que Les fidèles moustachus pourront faire le travail avec 3,8 millions $, surtout qu'ils auront d'autres sources de revenus, comme l'argent découlant des adoptions d'animaux à leur refuge.

Le centre de 5 millions $ reporté

La Ville de Québec avait prévu 5 millions $ en décembre dernier pour construire un centre animalier sur une partie des terrains de l'ancien zoo, dans Charlesbourg.

«J'ai demandé à l'exécutif de garder l'argent de côté, mais de me donner un an de plus, pour savoir ce qu'on fait», explique le conseiller Patrick Voyer. Selon lui, il est encore trop tôt pour s'avancer sur le nombre de places qu'on devrait prévoir pour les animaux perdus ou errants de Québec. «On ne connaît pas notre population animalière. On a des doutes, mais avec nos nouvelles façons de faire, est-ce qu'il y aura des changements?» s'interroge le conseiller.

M. Voyer a donc fait le pari de la prudence et laissera au moins un an de travail au nouveau fournisseur avant d'établir avec lui les besoins. «On veut poser la bonne action, au bon moment», dit-il.  Patricia Cloutier

Partager

À lire aussi

  • Rénos de 500 000 $ à la SPA de Québec

    La capitale

    Rénos de 500 000 $ à la SPA de Québec

    Quelques mois après avoir perdu son contrat avec la Ville de Québec pour la gestion des animaux errants, la Société protectrice des animaux de Québec... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer