Biométhanisation : Jonatan Julien rabroue le Vérificateur général

Maquette de l'usine de biométhanisation de Québec... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Maquette de l'usine de biométhanisation de Québec

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le vice-président du comité exécutif trouve «particulier» que le vérificateur général de la Ville de Québec, François Gagnon, s'inquiète des retards pour l'usine de biométhanisation. Jonatan Julien juge que ce n'est pas le rôle d'un vérificateur de se prononcer sur des «éventualités théoriques».

L'affirmation a fait bondir le chef de l'opposition, Paul Shoiry. «Je trouve ça indécent, c'est quasiment de l'intimidation que le vice-président du comité exécutif rabroue le vérificateur général», a lancé l'élu de Démocratie Québec.

Quelques heures plus tôt, M. Julien avait critiqué le vérificateur en conférence de presse. «Je trouve gentil et aimable de la part du vérificateur général de s'inquiéter des enjeux potentiels liés à des subventions. Toutefois, je trouve particulier qu'il adresse ces inquiétudes», a commenté le bras droit de Régis Labeaume.

Dans le deuxième tome de son rapport 2014 et dernier de son mandat de sept ans, François Gagnon juge que la Ville pourrait perdre sa subvention provinciale de 44 millions $ pour l'usine de biométhanisation qui transformera biogaz les boues municipales et les restes de table.

À Québec, une telle usine est évaluée à 100 millions $, dont 40 millions $ de la Ville et 16 millions $ du fédéral. Elle devait ouvrir en 2014, mais rien n'est encore fait même si le gouvernement du Québec exige de construire un tel équipement d'ici la fin de 2019.

Or, tout est sous contrôle, ont assuré mercredi M. Julien et le directeur du Développement durable à la Ville de Québec, Gilles Dufour. «Le message qu'il [le vérificateur] envoie est que peut-être qu'on va manquer une subvention. Habituellement, il vient sur des constats vérifiés. Là, il nous parle d'éventualité théorique, je trouve ça particulier», a martelé M. Julien.

Report demandé

En juin, le maire Régis Labeaume a dit souhaiter un report de l'échéancier de 2019 de la part du ministre de l'Environnement, David Heurtel. M. Julien n'a pas caché mercredi que plus de temps pour financer cet important investissement.

«Actuellement, nous avons des discussions», a-t-il reconnu. «Mais même sans délais, on n'est pas inquiets.»

Questionné un peu plus tard mercredi avant-midi, Régis Labeaume a confirmé que son administration aimerait «gagner une année ou deux» dans les échéanciers. Il compte en reparler bientôt au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, dans le contexte du renouvellement du pacte fiscal. «Je revois le ministre vendredi à Montréal. Je présume que j'aurai le temps pour lui en reparler.»

L'opposition de Démocratie Québec juge que la question de la biométhanisation est en train de «s'embourber». «Le maire ne semble pas savoir où il s'en va dans ce dossier-là. Ce n'est pas une technologie à point pour la Ville de Québec», dit M. Shoiry. Les trois élus de l'opposition reviendront «bientôt» sur ce sujet, a-t-il annoncé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer