Quand l'art urbain repousse les vandales

Au SPOT, dans Saint-Roch, les gens sont si... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Au SPOT, dans Saint-Roch, les gens sont si respectueux qu'ils hésitent à déplacer le mobilier fait pour être reconfiguré. «Ils ne réaménagent pas assez à mon goût!» lance Olivier Lalancette, l'un des administrateurs de la place publique.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nombre d'aménagements urbains temporaires, de bancs et de placettes publiques colorées comme des petites oasis de design explose au centre-ville de Québec. Construites pour l'été, souvent laissées sans surveillance, ces installations semblent miraculeusement protégées des vandales, des graffiteurs et des voleurs. Un respect spontané, signe que ces nouveaux lieux de rencontre adoucissent les moeurs?

«J'aime beaucoup cette expression. Oui, l'art adoucit les moeurs», lance d'entrée de jeu le directeur général et artistique d'ExMuro arts publics, Vincent Roy.

Celui dont l'organisme a conçu la Plaza Limoilou, une place publique à l'angle de la 3e Avenue et du chemin de la Canardière, confirme que le mobilier, les jeux et les oeuvres d'art installés sont intacts depuis l'inauguration en juin.

Chaque soir, les chaises et les tables de style bistro sont rangées. La décision de ne pas les visser au sol a été «longue» à prendre. Mais les responsables de la Plaza Limoilou ont réussi leur pari. Utilisateurs et passants sont particulièrement respectueux des aménagements, note M. Roy.

Le fait que ces initiatives soient avant tout issues de citoyens, de designers et d'architectes locaux joue dans la perception, estime-t-il. Le fait qu'elles soient belles et colorées aussi.

«Quelqu'un qui veut faire du mal va s'en prendre à quelque chose qui est laid ou quelque chose de publicitaire», avance celui qui a aussi piloté plusieurs projets d'art public financés par la Ville de Québec, dont les Passages insolites, présentés pour le deuxième été dans le Vieux-Port. Encore là, les oeuvres n'ont jamais été la cible de vilains garnements.

À la Plaza Limoilou, Vincent Roy donne l'exemple réjouissant d'un jeu de mini-golf improvisé sur la petite scène. «Il y a deux bâtons avec trois balles. Les gens les replacent sur la scène comme on les avait mis au début. C'est réconfortant», dit-il. «Il ne faut pas avoir peur. Il faut faire confiance aux gens.»

Urbanisme tactique

L'architecte Érick Rivard a contribué à la conception de la Plaza Limoilou, mais aussi au «stationnement pour piétons», un large banc public avec verdure et piano public sur la 3e Avenue. «Pour l'instant, nous ne pouvons que constater le respect des utilisateurs et des passants», confirme ce passionné d'aménagement urbain, qui voit une explication dans le respect pour «l'urbanisme tactique», c'est à dire des initiatives citoyennes qui dynamisent les villes.

«Ces interventions sont souvent respectées puisqu'elles prennent leur source dans le mouvement de l'urbanisme tactique, pas loin du mouvement DIY (do it yourself). Le mode d'intervention se veut léger et à la limite du «bricolage» avec des matériaux récupérés, des matériaux de construction bruts, des résidus, ce qui permet de sentir que les moyens pour réaliser les projets urbains sont limités», explique M. Rivard.

«Ces espaces ne sont pas d'emblée associés à l'ordre en place, mais pourraient plutôt être l'oeuvre d'un voisin ou d'un collègue. C'est très groundé comme type d'intervention», poursuit-il.

Les responsables du SPOT (Sympathique place ouverte à tous), dans la cour de l'ancien complexe funéraire Lépine-Cloutier dans Saint-Roch, observent aussi le même civisme envers leurs installations. Ce village éphémère ouvert du jeudi au samedi jusqu'au 15 août comprend du mobilier fait de palettes de bois, une plage, un resto et une scène. La présence de matériel scénique nécessite la présence d'un gardien de sécurité, mais, outre quelques avertissements, aucun incident notable n'a été rapporté depuis l'ouverture en juin de cette place initiée par des finissants à la maîtrise de l'École d'architecture de l'Université Laval.

S'approprier les lieux

«Les gens sont très respectueux de l'espace», assure l'un des administrateurs du SPOT, Olivier Lalancette. Tellement, note-t-il, qu'ils hésitent à déplacer le mobilier fait pour être reconfiguré. «Ils ne réaménagent pas assez à mon goût!» lance M. Lalancette qui plaide pour une appropriation complète des lieux.

L'appropriation des lieux par les passants est aussi ce qui guide le collectif Le Banc. Designer urbain et urbaniste stagiaire, Jean-Philippe Simard a lancé avec des amis en 2013 cet organisme dont la première installation était un banc et des boîtes à fleurs en palettes de bois à côté de l'ancienne église Jacques-Cartier dans Saint-Roch. Le groupe a aussi installé cette semaine une place publique temporaire au coin de l'avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque, là où la Ville de Québec doit investir dans une placette permanente dès l'an prochain. «Les gens sont tellement respectueux des installations qu'on fait. Il n'y a eu aucun vandalisme et on n'a reçu aucun commentaire négatif. Ce n'est que du positif», se réjouit-il.

Les villes où le design urbain est le mieux pensé sont d'ailleurs celles qui subissent «le moins de vandalisme ou de criminalité», souligne M. Simard.

À ce titre, le jeune designer cite la légende de l'urbanisme, l'Américaine Jane Jacobs, qui prônait des espaces publics ouverts dans les villes, des coins que les gens s'approprient. Une sorte de responsabilisation collective s'installe alors. «C'est l'idée de voir et d'être vu, comme si les gens gardaient toujours un oeil. Les lieux en viennent à être protégés naturellement.»

Les chaises et tables bistro des nouveaux jardins... (PhotothèqueLe Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Les chaises et tables bistro des nouveaux jardins de l'hôtel de ville n'ont pas attiré la convoitise des vandales ou des malins farceurs désireux de meubler leur cour arrière ou leur balcon! 

PhotothèqueLe Soleil, Erick Labbé

Les élus font confiance au public

Bien que coquettes, les chaises et tables bistro des nouveaux jardins de l'hôtel de ville n'ont pas attiré la convoitise des vandales ou des malins farceurs désireux de meubler leur cour arrière ou leur balcon! Aucun vol ou bris n'a été rapporté et le sympathique mobilier bleu est toujours bien en place, dit-on à la Ville de Québec. De quoi confirmer la décision de ne pas visser au sol le mobilier de la nouvelle place inaugurée en juin. «On fait confiance au civisme des gens», avait dit la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux.

Avec le temps...

Le temps use-t-il le civisme? Un peu, oui, estime le directeur d'ExMuro arts publics, Vincent Roy.

Si les aménagements urbains et oeuvres d'art public récents sont épargnés de graffitis ou de vandalisme, c'est peut-être en raison d'une certaine lune de miel, note-t-il. «Ce qu'on redoute, c'est l'indifférence», explique M. Roy.

Quand un aménagement est depuis trop longtemps dans le paysage, le sentiment d'attachement et de nouveauté s'estompe, avance-t-il. C'est en tout cas ce qu'il a observé avec le projet Artistique avenue, pour lequel une trentaine de boîtes électriques du quartier Saint-Roch ont été converties en oeuvre d'art en 2011. «Ça a pris au moins deux ans avant de voir apparaître des tags», note-t-il.

Les oeuvres entre autres de Marc Séguin, Ève Cadieux, Martin Bureau, Florence Le Blanc et Thierry Arcand-Bossé sont ces dernières années lentement redevenues des espaces de graffitis ou d'affichage. Ce sort n'est évidemment pas souhaité, mais il est aussi inévitable lorsque les oeuvres se fondent dans la ville, philosophe Vincent Roy. «Ça appartient aux gens. Il faut prendre le risque.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer