Exclusif

Réglementation sur les plaines: avertissements et «gros bon sens»

Les chiens doivent être tenus en laisse sur... (Photos Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les chiens doivent être tenus en laisse sur les Plaines et, tout comme les humains, ne peuvent se baigner dans les eaux du parc.

Photos Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un an après l'entrée en vigueur de nouveaux règlements sur l'application des contraventions sur les plaines d'Abraham, force est de constater que les agents de la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) n'ont pas abusé de leur pouvoir. Seulement sept avis d'infraction, totalisant 1175 $ en amendes, ont été remis depuis juillet 2014, presque essentiellement pour des cas mineurs de vandalisme.

À l'inverse, les agents ont fait preuve de clémence en décernant un total de 474 avertissements pendant cette période, selon les chiffres obtenus par Le Soleil. Quarante-trois pour cent de ces billets ont été remis à des propriétaires de chiens qui ne tenaient pas leur animal en laisse.

Contrairement aux appréhensions du public, l'été dernier, le tsunami de contraventions n'a pas eu lieu, confirme Nathalie Allaire, de la division des communications à la CCBN. «Le gros bon sens a prévalu. On voit bien avec ces chiffres que nos agents avertissent les gens avant de leur remettre une infraction. Ce sont des règlements qui visent surtout les récalcitrants.»

«Le gros bon sens a prévalu. On voit bien avec ces chiffres que nos agents avertissent les gens avant de leur remettre une infraction. Ce sont des règlements qui visent surtout les récalcitrants.»

Nathalie Allaire
Division des communications, Commission des champs de bataille nationaux (CCBN)

Avant le 2 juillet 2014, les agents de sécurité de la CCBN ne pouvaient sévir que pour des infractions liées au stationnement ou au Code de la sécurité routière. Depuis, ils sont habilités à distribuer des contraventions en vertu d'une nouvelle mouture de règlements visant à «s'assurer que «les usagers du parc puissent profiter pleinement et en toute sécurité des installations, des infrastructures et des services offerts sur l'ensemble du parc des Champs-de-Bataille».

«Ces règlements existaient déjà [depuis 1991], mais les agents ne pouvaient pas intervenir de façon légale. Ils n'avaient pas les outils», précise Mme Allaire.

Vandalisme

Des sept contraventions émises depuis un an, cinq l'ont été en vertu du règlement interdisant que soit «déplacé, abîmé, souillé, pollué ou endommagé d'une autre façon un bien de la CCBN», autrement dit, un geste de vandalisme.

Trois contrevenants ont reçu un constat d'infraction de 200 $ pour avoir endommagé les aménagements horticoles et les décors d'Halloween du jardin Jeanne-d'Arc, derrière l'hôtel Le Concorde, et un quatrième pour avoir uriné dans le stationnement Laurier. Un dernier a été sanctionné pour une raison qui n'a pu être précisée.

La CCBN a également porté une attention particulière aux cyclistes qui circulent dans le parc «ailleurs que sur un chemin public ou une piste désignée à cette fin». À cet effet, si un seul avis d'infraction a été émis depuis un an, en revanche, 94 avertissements ont été servis à des contrevenants.

Aucun amateur de planche à roulettes ou de patins à roues alignées n'a été sanctionné pour avoir pratiqué son loisir «ailleurs que sur un terrain de sport ou à tout autre endroit prévu à cette fin». Par contre, 156 personnes ont reçu un avertissement des agents.

Les statistiques démontrent aussi que les amateurs de sports organisés sur gazon n'ont pas subi la répression appréhendée pour s'être amusés «ailleurs qu'à un endroit désigné à cette fin» : aucun avis d'infraction et cinq avertissements.

Un match de volley ou de soccer est toujours permis, explique Nathalie Allaire, mais encore faut-il obtenir l'autorisation au préalable, en raison du grand nombre de demandes et de la tenue possible d'autres activités au même endroit, au même moment.

Chiens en laisse

Les agents ont évidemment les propriétaires de chiens à l'oeil, particulièrement ceux qui les laissent gambader en toute liberté, un accroc punissable d'une amende de 75 $. Encore là, les agents ont fait preuve de retenue, un seul avis d'infraction ayant été émis contre 204 avertissements.

Le mois dernier, un promeneur a reçu une contravention pour ne pas avoir ramassé les excréments de son chien. Il s'agit d'un des deux seuls avis d'infraction émis jusqu'à maintenant en 2015 sur les Plaines.

Ces interventions auprès des propriétaires d'un animal ont essentiellement pour but de préserver la quiétude des autres usagers du parc, explique Nathalie Allaire. «Il y a des gens qui ont peur des chiens.»

Finalement, qu'on se le dise, il est interdit sur les Plaines de «polluer, jeter, déposer un objet dans les eaux du parc, se baigner dans les eaux du parc ou permettre à un animal d'entrer dans les eaux du parc». Huit avertissements en ce sens ont été donnés depuis deux mois, dont six dans la seule journée du 27 juin. 

Au total, depuis un an, les amendes perçues sur les Plaines atteignent 1175 $, une somme qui est versée dans les comptes du Receveur général du Canada.

La CCBN (qui gère également le parc des Braves, sur le chemin Sainte-Foy) accueille quatre millions de visiteurs chaque année. Il a été impossible de connaître le nombre d'agents de sécurité, en poste jour et nuit, «pour des questions de sécurité».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer