Le pont de Québec sur une liste d'épicerie commune des maires de Québec et de Lévis

C'est devant le parterre de l'Association québécoise des... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

C'est devant le parterre de l'Association québécoise des transports que le maire de Québec, Régis Labeaume, et son homologue de Lévis, Gilles Lehouillier, dévoileront lundi les résultats de l'étude de faisabilité du tramway/SRB.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le pont de Québec ne figurait pas sur les listes d'épicerie respectives des maires de Québec et de Lévis en vue des prochaines élections fédérales. Ils ont désormais une liste commune et il y a un seul item au menu: devinez lequel?

Régis Labeaume et Gilles Lehouillier étaient réunis jeudi soir à l'hôtel de ville de Lévis pour assister à la conférence de Michel L'Hébreux, grand spécialiste de l'histoire du pont de Québec. Une bonne centaine de citoyens s'étaient déplacés pour l'occasion.

Les politiciens municipaux ont averti leurs homologues fédéraux, qui seront bientôt en campagne électorale, qu'ils n'ont pas oublié le pont de Québec au moment de présenter leurs demandes, en début de semaine. Ils l'avaient plutôt inscrit dans une case à part. Jeudi, devant les journalistes, les deux élus l'ont transféré en moins de deux sur une liste commune de revendications.

«S'il y avait une liste commune, ça serait ça», a d'abord dit Régis Labeaume. «Dans notre liste commune, c'est l'élément majeur», a renchéri Gilles Lehouillier. «La liste commune de Québec-Lévis, c'est le pont», a finalement tranché M. Labeaume.

Celui-ci a répété qu'il trouvait «très intéressant» le projet du Nouveau parti démocratique (NPD), qui veut adopter une loi pour forcer le CN à entretenir sa propriété ferroviaire, le pont de Québec. Mais le maire de Québec croit que les partis peuvent faire plus. «C'est pas vrai qu'on va laisser passer l'élection fédérale sans qu'on en parle», a-t-il averti.

Son ami de Lévis a invité de nouveau le CN à «commencer quelque chose quelque part», à allonger 100 millions $ pour lancer les travaux de peinture. C'est l'équivalent du montant mis sur la table par les gouvernements l'automne dernier.

Courte vue

M. Labeaume a pour sa part déploré la mentalité du président du CN, Claude Mongeau, qui selon lui souffre d'un mal contemporain qu'il nomme le «syndrome du trimestriel» ou le «syndrome du président qui a des options d'achat d'actions et n'a pas le goût de se demander où l'entreprise va être dans dix ans».

«La meilleure incarnation de ça, c'est le président du CN. Il pense exactement comme ça. C'est son profit net annuel, son rapport annuel avec ses profits nets, son profit net trimestriel. Il veut que le stock monte à la bourse. Le monde s'enrichit, et lui également», s'est emporté le maire.

Ce dernier ne perd pourtant pas espoir de voir son ennemi médiatique soigner la vieille structure métallique.

«À un moment donné, je présume que ce président-là, il doit être sensible quelque part. Il vit à Montréal, il doit en entendre parler. Je souhaite qu'ils [M. Mongeau et son équipe] soient gênés un jour pis s'ils sont pas gênés, j'espère que le gouvernement fédéral va serrer la vis», a souligné le maire de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer