Domaines religieux de Sillery: le PPU de Québec conspué par les citoyens

Plus de 600 personnes ont assisté mardi soir... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Plus de 600 personnes ont assisté mardi soir à la consultation publique sur le PPU de la Ville de Québec sur les domaines religieux de Sillery.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Inacceptable!» «Défiguration du patrimoine!» Le plan de développement de l'administration Labeaume pour les domaines religieux de Sillery ne passe pas du tout. Et les citoyens l'ont démontré en le rejetant massivement dans une salle du Montmartre pleine à craquer mardi soir.

Plus de 600 personnes ont assisté à cette consultation publique très attendue. Pas moins de 145 citoyens s'étaient inscrits pour prendre la parole pendant un maximum de trois minutes et déposer leur mémoire sur le programme particulier d'urbanisme (PPU) que la Ville de Québec a présenté le 4 mai.

L'intérêt du public a été tel qu'au moment de terminer l'assemblée, vers 23h, à peine une soixantaine de personnes avaient pu s'exprimer. À l'issue de la soirée, il n'était pas encore décidé si la consultation se poursuivra un autre soir. La Ville de Québec confirmera l'information par communiqué et sur son site Internet d'ici la fin de semaine. La conseillère responsable du patrimoine, Julie Lemieux, a toutefois dit être favorable à une deuxième soirée.

Sur le fond, l'opposition citoyenne était unanime. Rien ou presque ne trouve grâce aux yeux des résidents du secteur qui se sont succédé au micro souvent sous les applaudissements de la foule. Ces manifestations ont d'ailleurs irrité l'animatrice de la soirée, Priscilla Lafond. «Ce n'est pas un spectacle! C'est une consultation publique», a-t-elle lancé lors d'échanges parfois houleux.

Au coeur des préoccupations exprimées : la crainte de voir altéré le caractère patrimonial de ces domaines classés historiques par le gouvernement du Québec en 1964. La volonté de préserver l'aréna Jacques-Côté et le sort du faubourg Saint-Michel sont aussi revenus à plusieurs reprises pendant cette longue soirée. Des citoyens craignent aussi pour les arbres, la circulation automobile, les percées visuelles sur le fleuve.

Ils sont inquiets depuis que l'administration Labeaume entend permettre la construction de

800 logements sur 10,2 % des terres patrimoniales comme celles des Soeurs Augustines, du Collège Jésus-Marie ou encore des Soeurs de Sainte-Jeanne-d'Arc. Le PPU prévoit aussi un sentier public le long de la falaise qui relierait à terme le Bois-de-Coulonge au domaine Cataraqui. En 2013, le Conseil du patrimoine culturel du Québec avait aussi mené une série de consultations pour élaborer son Plan de conservation des grands domaines religieux.

Méfiance

Mais mardi, certains citoyens ont semblé n'avoir aucune confiance en ces instances pour préserver le patrimoine. «À notre insu, le ministère de la Culture, de connivence avec la Ville de Québec, a fait don de notre patrimoine à des promoteurs immobiliers. C'est inacceptable», a lancé Solange Simard.

Une autre a plaidé pour une protection totale du site historique. «S'il n'y avait pas eu un statut particulier pour protéger les plaines d'Abraham il y a 100 ans, aujourd'hui, Le Phare serait rendu sur les Plaines», a lancé Mireille Bonin en allusion à la tour de 65 étages prévue sur le boulevard Laurier.

La présidente du conseil de quartier Sillery, Pierrette Vachon-L'Heureux, avait ouvert la marche vers 19h30 avec un temps de parole plus important de 15 minutes surtout consacré à son souhait de voir l'aréna Jacques-Côté échapper à la démolition dans le faubourg Saint-Michel. L'administration Labeaume prévoit remplacer l'aréna qu'elle juge désuet par 130 logements dans ce secteur au passé ouvrier. 

Le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, a aussi présenté le mémoire qu'il a partagé aux médias vendredi. Le document, endossé par ses deux autres conseillers de Démocratie Québec, Anne Guérette et Yvon Bussières, met de l'avant un «compromis» alors qu'il propose 400 et 450 unités de plus petit gabarit. M. Shoiry demande aussi le retrait du projet Domaine-Sous-les-Bois sur les terres des religieuses de Jésus-Marie. Le promoteur Marc Simard a toutefois déjà eu l'autorisation du ministère de la Culture.

Héritage Québec a pour sa part présenté le projet De Cap en Cap, un parcours touristique qui propose de joindre le Vieux-Québec au Vieux-Cap-Rouge.

L'organisme présidé par Johanne Elsener avance que ce projet présenté aux médias il y a quelques semaines pourrait générer des retombées économiques de 200 millions $; Mme Elsener demande que la Ville et le gouvernement subventionnent une étude de faisabilité.

Qu'est-ce qu'un PPU?

Un programme particulier d'urbanisme (PPU) est un document dans lequel une ville présente sa «vision» pour un secteur précis, un quartier ou une artère. Un PPU dresse les grandes lignes de ce qui sera permis en termes de construction, de hauteur d'édifices, de zonage. 

Si pour la Ville cette façon de faire permet d'encadrer les futurs développements, certains citoyens estiment parfois qu'il est une façon pour la Ville de se soustraire à un référendum ou à la contestation populaire.

La colline parlementaire, le plateau centre de Sainte-Foy, d'Estimauville, le boulevard Sainte-Anne et l'entrée de ville du quartier Saint-Roch sont par exemple inclus dans un PPU.

Ce que la Ville de Québec propose pour Sillery

  • La permission de construire 800 logements répartis sur les sites des Soeurs Augustines, du Collège Jésus-Marie, de Faubourg Saint-Michel, du Domaine Benmore, des Soeurs de Sainte-Jeanne-d'Arc, des Pères Augustins, et du cimetière St. Patrick's. Ce développement représente 10,2 % des terres patrimoniales.
  • Un sentier public le long de la falaise qui relierait à terme le Bois-de-Coulonge au domaine Cataraqui. 
  • Un funiculaire permettant notamment aux cyclistes de monter leur vélo.

Quelques idées entendues mardi soir

  • Aménager un parc nourricier avec jardins communautaires
  • Créer un parcours touristique qui permettrait de joindre le Vieux-Québec au Vieux-Cap-Rouge
  • Demander de retarder l'adoption du PPU pour le faubourg Saint-Michel 
  • Conserver l'aréna Jacques-Côté
  • Interdire toute construction au Domaine Benmore
  • Mettre sur pied une table de concertation qui comprendrait des citoyens

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer