Labeaume ouvert à une «refusion» avec Saint-Augustin

Le maire Régis Labeaume.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le maire Régis Labeaume.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume a rencontré il y a déjà quatre mois les gens d'affaires de Saint-Augustin qui ont demandé vendredi une refusion avec Québec. Leur sortie publique est sérieuse aux yeux du maire de Québec qui se dit ouvert si les gens de Saint-Augustin souhaitaient le retour dans le giron de Québec.

Même s'il reste prudent et dit ne pas «vouloir s'impliquer dans la campagne», M. Labeaume s'est montré ouvert à une éventuelle démarche de «refusion» si jamais les gens de Saint-Augustin le souhaitaient. 

«Je pense qu'on est capable d'avoir une solution à l'avantage des gens de Saint-Augustin et de Québec», a laissé tomber le maire sans en dire davantage. Mais tout, a martelé M. Labeaume, devra venir du bon vouloir des Augustinois et par un éventuel parti pro-fusion aux prochaines élections municipales de 2017.

«S'ils ont le goût de ça un jour, on verra. Peut-être que ça viendra un jour. On ne le sait pas», a dit M. Labeaume.

Dette

Un frein souvent cité à une éventuelle fusion est la dette de Saint-Augustin, évaluée à 116 millions $. Même en fusionnant, les gens de Saint-Augustin devraient «traîner» leur dette, ce qui se traduirait par une taxe de secteur potentiellement importante à payer pendant plusieurs années. «Mais ça s'organise, une dette», a répliqué M. Labeaume lorsque questionné sur ce point.

Pour une petite municipalité comme Saint-Augustin avec ses quelque 19 000 habitants, il est plus difficile de refinancer une dette. «Mais pour une ville comme nous autres, c'est pas si compliqué que ça», a-t-il poursuivi en rappelant toutefois sa promesse de commencer à réduire la dette de Québec dès l'an prochain.

Chose certaine, Régis Labeaume a dit «respecter beaucoup» la démarche des hommes d'affaires Denis Leclerc, Louis Garneau «et d'autres», il y a un certain temps déjà. «Il y a quatre mois et ils nous ont reparlé dans les dernières semaines», a expliqué le maire.

«Ce sont des gens qui savent compter. Ils n'ont pas juste rencontré le maire de Québec, ils ont rencontré le ministre Hamad, le ministre Moreau. Je présume qu'ils ont aiguisé leur crayon, qu'ils ont des chiffres, ce qui les a incités à sortir.»

Ce cri du coeur des entrepreneurs n'aurait-il pas dû survenir plus tôt dans la campagne? Pourquoi ne pas avoir consulté les candidats? «Ce n'est pas de mes affaires», a conclu M. Labeaume.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer