«Refusion» de St-Augustin: Labeaume silencieux, Hamad et Moreau ouverts

Sam Hamad a dit qu'il faudra écouter les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Sam Hamad a dit qu'il faudra écouter les demandes de la population de Saint-Augustin sur la fusion ou l'indépendance de la ville avant de s'attaquer à tout autre élément.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il faudra attendre à lundi pour savoir ce que Régis Labeaume a pensé de la sortie des quatre hommes d'affaires augustinois plaidant pour la refusion de Saint-Augustin-de-Desmaures à Québec. Pendant que le maire de Québec est resté avare de commentaires, les ministres Sam Hamad et Pierre Moreau ont dit qu'ils appuieraient une telle démarche.

Directement concerné par la conférence de presse surprise de Denis Leclerc, Louis Garneau, Jean-François Dufresne et Mario Guérin, M. Labeaume n'a pas commenté un scénario de refusion, vendredi, répétant à quelques reprises qu'il prendrait le temps de réfléchir pour exprimer son point de vue lundi.

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, s'est de son côté montré ouvert si les deux municipalités envisageaient de telles démarches. «Si une fusion avec la ville de Québec est souhaitée de part et d'autre des parties, il est évident que nous allons apporter notre concours pour accompagner les parties», a-t-il dit.

«Nous sommes prêts à examiner cette alternative avec ouverture», a poursuivi le ministre Moreau qui estime que dans la situation financière actuelle, «cette proposition ne doit pas être écartée».

Même son de cloche du côté de son collègue Sam Hamad, un résident de Saint-Augustin. «Si les citoyens de Saint-Augustin veulent refusionner avec Québec, moi je vais supporter mes citoyens. Je serai à leur service», a dit le ministre responsable de la région.

À son avis, les conditions dans la municipalité sont complètement différentes de celles à l'époque où les citoyens voulaient la défusion. «Si les citoyens demandent de fusionner, je peux vous garantir que le gouvernement du Québec va répondre à leur demande», a-t-il martelé. Selon lui, les mêmes personnes en faveur de la défusion sont aujourd'hui en faveur d'un retour dans la grande ville de Québec.

La dette

Au sujet de la dette de Saint-Augustin, évaluée à 116 millions $, M. Hamad estime qu'il faut d'abord écouter la demande de la population sur la fusion ou l'indépendance de la ville avant de s'attaquer à tout autre élément.

Peu après l'annonce de la sortie des quatre entrepreneurs, le chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Paul Shoiry, a toutefois fait une mise en garde contre le fardeau qui resterait sur les épaules des citoyens d'une ville de Saint-Augustin refusionnée. Saint-Augustin, a-t-il dit, conserverait sa dette qui se traduirait par une potentielle forte taxe de secteur. «Je ne suis pas certain que c'est à l'avantage des citoyens de Saint-Augustin. S'ils font la demande, évidemment la Ville de Québec va l'examiner. Ça peut-être intéressant pour Québec, mais il faut que ce soit fait de façon volontaire. Il est bien important de dire que la Ville de Québec ne prendra pas en charge la dette des citoyens de Saint-Augustin.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer