Annulation du Gala Triomphe: «Le pire des scénarios» selon la Ville

Le 24 avril dernier, Me Marcel Aubut annonçait... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le 24 avril dernier, Me Marcel Aubut annonçait l'annulation du Gala Triomphe.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La date du 30 avril, sur laquelle insistait la Fondation Nordiques pour la tenue du Gala Triomphe 2015 au Colisée Pepsi, était «le pire des scénarios» selon la Ville de Québec, qui refuse de porter le blâme pour l'annulation du gala visant à récompenser les athlètes de la région.

C'est entre autres ce qu'affirme le directeur du service des affaires juridiques de la Ville de Québec, Me Serge Giasson, dans la réponse qu'il a fait parvenir à la mise en demeure envoyée par la Fondation Nordiques. Celle-ci souhaite être dédommagée pour l'annulation du gala en raison de la tenue d'un match des Remparts de Québec dans la soirée du 28 avril.

«Les représentants d'ExpoCité ont aussi informé à plusieurs reprises les représentants de la Fondation Nordiques que le jeudi 30 avril 2015 était le pire des scénarios à envisager puisque cette date se trouvait au coeur de la troisième ronde des séries éliminatoires et que la tenue du Gala Triomphe se retrouverait en conflit avec des parties jouées par les Remparts», explique Me Giasson dans la lettre où la Ville nie toute responsabilité résultant de la décision de la Fondation d'annuler le gala.

La Ville ajoute qu'il n'est pas étonnant que la Fondation ait annoncé l'annulation puisque, de l'aveu même des responsables de l'organisation du gala, personne n'avait été autorisé par la Fondation à travailler sur un autre scénario que celui qui avait été dicté par la direction de l'événement.

Trois jours

L'avocat souligne aussi que plusieurs spectacles montés par des professionnels au Colisée ne disposaient des lieux qu'à partir de 8h le matin de l'événement pour le montage alors que la Fondation Nordiques exigeait de disposer de l'amphithéâtre également les 28 et 29 avril pour le montage et les répétitions.

L'administration municipale accuse aussi la Fondation d'avoir tenu pour acquis que les matchs des Remparts prévus les 28 et 29 avril seraient déplacés alors que l'équipe de hockey se trouvait en pleine période des séries éliminatoires.

«C'est au moment où l'annonce de la décision de ne reporter que le match du 29 avril en conservant celui du 28 avril est devenue imminente que la Fondation a été rattrapée par la réalité et, prise de panique, a signé une copie du projet de contrat transmis, sans modification, croyant ainsi qu'ExpoCité deviendrait le bouc émissaire de sa négligence et le débiteur des dommages d'une catastrophe annoncée», ajoute Me Giasson.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer