Ferme Chapais à Lévis: pas de parc public avant 2017

Le domaine de 40 hectares offre une vue... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le domaine de 40 hectares offre une vue imprenable sur le fleuve, ce qui en ferait un pendant des plaines d'Abraham sur la Rive-Sud.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire Gilles Lehouillier le compte déjà parmi les 10 grands parcs urbains de Lévis. Sauf que la ferme Chapais appartient toujours à Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et que le ministère fédéral ne compte pas s'en départir avant 2017.

Dominique Bastien, conseillère régionale des communications pour AAC, a confirmé au Soleil que la ferme, qui effectue des recherches sur les sols, était toujours en activité et qu'elle le serait jusqu'à ce que ses activités soient transférées et consolidées à Saint-Augustin-de-Desmaures, sur une ferme qui appartient à l'Université Laval.

Samuel Auger, porte-parole de l'Université Laval, soutient que le gouvernement fédéral aura accès à une superficie agricole de 40 hectares sur les 280 que compte la ferme, et que des discussions sont en cours afin de sceller une entente de partage des installations. 

Le 27 mars dernier, le premier ministre Stephen Harper a annoncé que 3,5 millions $ seraient octroyés à AAC pour construire un nouveau laboratoire de terrain en partenariat avec l'Université Laval. Dès qu'il sera prêt, vers le printemps 2017, le ministère cherchera à se départir des terrains de la ferme Chapais, situés à l'angle du boulevard Guillaume-Couture et du chemin des Îles, dans le secteur Saint-David-de-l'Auberivière.

La Ville de Lévis souhaite faire de ce domaine de 40 hectares, qui offre une vue imprenable sur le fleuve, un pendant des plaines d'Abraham, mais sur la Rive-Sud. Et elle compte sur l'oreille attentive du ministre conservateur Steven Blaney pour arriver à ses fins. «On est en discussion avec la Ville [de Lévis]. La Ville est impliquée dans le processus. On travaille bien sûr toujours dans l'optique de faire en sorte que ce site-là revienne à la communauté lévisienne», a soutenu le ministre Blaney lorsque Le Soleil l'a questionné à ce sujet.

Délais allongés

À la Ville de Lévis, on était déjà au courant que les délais s'étaient allongés. «Ça va nous laisser amplement le temps pour négocier avec le fédéral et faire en sorte que ça devienne un parc urbain», a soutenu Florent Tanlet, l'attaché de presse du maire Gilles Lehouillier. 

L'an dernier, la Ville de Lévis avait refusé de procéder au changement de zonage qui aurait permis à la Société immobilière du Canada de vendre le terrain à des promoteurs, qui voulaient construire des condos de luxe sur cet espace vert. 

La Ville a aussi organisé des portes ouvertes en juin dernier pour faire découvrir le site aux citoyens, qui ont majoritairement été charmés par l'endroit. 

Pour l'heure, le gouvernement du Canada refuse de céder gratuitement le terrain à la Ville, et la Ville refuse quant à elle de l'acheter au plein prix pour en faire un espace récréotouristique, où le vélo et les pique-niques seraient à l'honneur. La ferme Chapais est évaluée à 5 millions $.

Avec la collaboration d'Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer