Palmarès des municipalités réjouissant pour Labeaume

Le Château Frontenac... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Château Frontenac

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir littéralement pourfendu le Palmarès des municipalités l'an dernier, Régis Labeaume s'est réjoui mardi du plus récent exercice de l'École des HEC Montréal.

«On a fait des dépenses, mais des dépenses qui sont bonnes. Là, ils ont compris que des paiements en infrastructures, c'était payant à long terme», a lancé le maire de Québec en mêlée de presse à l'Assemblée nationale mardi.

Il réagissait à un article paru dans Le Soleil de mardi sur la plus récente compilation du Centre sur la productivité et la prospérité. On y voit que Québec est la grande ville québécoise qui a le plus augmenté ses dépenses entre 2009 et 2013 avec 5,7 %. Mais c'est aussi celle qui a investi le plus dans la réfection de ses infrastructures avec des sommes consacrées au traitement des eaux usées (hausse moyenne de 13,9 % par an) et dans le réseau d'égouts (10,1 %).

Des dépenses qui, malgré la hausse en dette et en amortissement qu'elles génèrent, peuvent payer à long terme, estimait le directeur du Centre, Robert Gagné, qui publiait ce palmarès pour la troisième fois.

«C'est la première fois que le Palmarès reconnaît la justesse des investissements dans les infrastructures et en tient compte», a poursuivi M. Labeaume. «Il dit en même temps que nos frais d'administration sont en bas de l'inflation. C'est tout ce que je voulais entendre», s'est-il aussi réjoui.

L'an dernier, le maire de Québec avait descendu en flamme l'exercice des HEC, estimant qu'il chiffrait les dépenses de centaines de municipalités québécoises, mais sans la qualifier. «Une dépense d'administration de 10millions $ valait autant qu'une dépense en infrastructure de 10millions $. On n'était pas d'accord avec ça.»

Exercice hasardeux

Pour le reste, M. Labeaume estime qu'il est toujours hasardeux de comparer les villes entre elles, Québec étant complètement différente par son caractère patrimonial, dit-il. «Là-dessus, on ne s'entendra jamais.»

Le Palmarès des municipalités révélait aussi une forte hausse des dépenses des municipalités attribuables en partie à la rémunération des employés. L'effet de la loi sur les régimes de retraite, adoptée en décembre, ne se fait toutefois pas encore sentir dans ce palmarès datant de 2013.

Mais mardi, Régis Labeaume a confié avoir d'autres idées pour continuer à s'attaquer à la masse salariale. «Il y a encore bien des affaires à faire. Moi, j'ai un plan de match», a-t-il laissé tomber sans en dire plus. «On va attendre un peu. Mais le travail n'est pas fini.» 

Avec la collaboration d'Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer