Centre Vidéotron: la Ville de Québec se questionne sur sa loge

Une clause incluse dans les baux du nouvel... (Image fournie par Équipe intégrée SAGP)

Agrandir

Une clause incluse dans les baux du nouvel amphithéâtre prévoit que la Ville de Québec aura droit à une loge pour tous les événements.

Image fournie par Équipe intégrée SAGP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

(Québec) Loge gratuite et billets pour chaque événement qui se tiendra dans le Centre Vidéotron. Québecor déroule le tapis rouge pour la Ville de Québec, comme prévu lors de la signature des baux de l'amphithéâtre. Si l'administration Labeaume était partie prenante dans les négociations, elle affirme aujourd'hui ne pas savoir si elle occupera l'espace.

La clause 16.5.3 du bail de spectacles/événements, signé en septembre 2011, établit que la Ville de Québec a le droit «d'utiliser, sans loyer de base, un salon corporatif pour toutes les activités de spectacles/événements tenues sur le site» et qu'elle recevra chaque fois «un certain nombre de billets donnant accès au salon». L'emplacement doit être déterminé par Québecor, «agissant raisonnablement, étant entendu que telle loge devra être bien située». 

Le texte précise que la Ville doit assumer les frais d'aménagement de la loge. Les frais d'entretien, de réparation et d'exploitation lui reviennent aussi. La même clause, portant le même numéro, est incluse dans le bail hockey. 

Lise-Andrée Roy, porte-parole du Groupe Sports et divertissement de Québecor, a confirmé jeudi au Soleil que le gestionnaire de l'amphithéâtre s'est acquitté de ses obligations envers la Ville de Québec. «Il y a un salon corporatif qui leur a été assigné, incluant les billets, comme c'est prévu, pour chacun des salons», a-t-elle fait savoir. 

Autres priorités

Le cabinet du maire, qui a répondu à nos questions sur le sujet, d'abord posées à un fonctionnaire, n'avait pas l'air au courant des derniers développements. 

Paul-Christian Nolin, attaché de presse, a indiqué qu'il était trop tôt pour dire si la Ville allait occuper la loge à laquelle elle a droit. «On n'a pas encore réfléchi à ça. Ça ne fait pas partie de nos priorités, pour l'instant. L'objectif, c'est de livrer un amphithéâtre à temps et dans les coûts», a-t-il fait valoir. 

Pourquoi avoir négocié cette clause, alors? «Ça faisait partie des choses de l'entente. Depuis, il n'y a pas rien eu. C'est plus simple de le mettre avant et de décider que de ne pas y penser», a répondu M. Nolin. 

Dans le vieux Colisée, qui appartient à la Ville de Québec, il y a une loge réservée, côté sud, pour l'administration municipale. Du temps des Nordiques, les billets transitaient par les cabinets des maires Jean Pelletier et Jean-Paul L'Allier. Mais depuis le départ de la LNH, elle a été très peu utilisée.  

Lise-Andrée Roy ne peut spécifier la grandeur de la loge identifiée pour la Ville de Québec. Les différents salons - il y en a 80 au total - peuvent accueillir 10, 12ou 14 personnes. La facture varie en conséquence et en fonction des services offerts. Tous les espaces sont déjà décorés, meublés et équipés, notamment de bars et de télévisions. 

Aucune grille de prix n'a été ou ne sera diffusée, a précisé la porte-parole de Québecor. Actuellement, seuls les 60 membres de Première Place ayant payé pour réserver une loge sont au courant des forfaits disponibles, qui incluent un scénario avec équipe de la Ligue nationale de hockey et un sans équipe. 

Le choix des salons se fera prochainement par ordre de réservation, comme pour les sièges attribués il y a deux semaines. Le processus sera toutefois beaucoup plus long, car les conditions doivent être négociées «au cas par cas», souligne Mme Roy. Quand un dossier sera réglé, Québécor passera au suivant. Les loges restantes seront offertes d'abord aux groupes qui se sont placés sur une liste d'attente, puis «de façon plus large». 

Avec des billets pouvant dépasser facilement 100 $ l'unité pour les grands spectacles musicaux, mais moins de 20 $ pour un match des Remparts, la facture pour chaque soirée en loge peut varier énormément. Selon le nombre d'événements programmés, la gratuité offerte à la Ville de Québec représentera donc certainement plusieurs dizaines de milliers de dollars par année. 

Le Canadien de Montréal ne publicise pas non plus le prix des salons corporatifs loués au Centre Bell. Mais, selon des données diffusées par des organismes publics, la facture est salée. En 2011-2012, par exemple, la Caisse de dépôt et placement du Québec aurait payé 228500 $ pour une loge de 12 personnes.

Une loge du Centre Vidéotron... (Images fournies par Équipe intégrée SAGP) - image 2.0

Agrandir

Une loge du Centre Vidéotron

Images fournies par Équipe intégrée SAGP

Deux chiffres

80

Nombre de salons

au Centre Vidéotron

228 000 $

Prix approximatif payé en 2011-2012 par la Caisse de dépôt et placement pour une loge de 12 personnes au Centre Bell à Montréal

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer